Entreprendre

60 ans et sans le sou… puis-je encore m’en sortir ?

Ecrit par Mark Ford

L’un de nos membres du Club, Paul T., nous écrit :

« Je vais bientôt avoir 60 ans, et soudain, tout semble aller de travers… mon entreprise, mes finances… même ma santé ! Et puis, je m’inquiète de la situation économique et du poids de la dette. Soyez honnête, Mark… pensez-vous que j’aie une chance de m’en sortir ? »

La réponse, Paul, est clairement oui !

Mais je dois vous dire que je vous comprends. Avoir des soucis quand on a vingt ans, ce n’est pas bien grave. Avoir des soucis 40 ans plus tard (ou plus encore), c’est un réel défi… surtout si votre corps ne vous donne pas l’énergie émotionnelle et physique dont vous avez besoin pour opérer un vrai changement de cap.

Puce Tout ce qu’il est possible de faire à 60 ans et plus

Regardez :

  • le Colonel Sanders avait 65 ans lorsqu’il a lancé son premier restaurant Kentucky Fried Chicken (KFC) (chaîne équivalente à celle de McDonald). Voyant la demande augmenter pour ses morceaux de poulets, Sanders ouvrit un nouveau restaurant. Puis un autre… et un autre encore. Aujourd’hui c’est l’une des plus grandes chaînes mondiales de restauration, équivalente à celle de McDonald en termes de concept ;
  • Laura Ingalls Wilder avait 65 ans lorsqu’elle se lança dans l’écriture de sa série à succès La petite maison dans la prairie. Au final, elle écrivit huit livres, une grande série qui la rendit riche et célèbre ;
  • Henry Ford avait 60 ans lorsqu’il créa la première ligne de montage de voitures. En plus de le rendre riche, il révolutionna le monde de la fabrication automobile et bien d’autres univers encore.
  • à 70 ans, Golda Meir est devenue la quatrième Premier ministre d’Israël — et la première femme à occuper ce poste ;
  • et à 82 ans, Robert Galvin, P-DG de longue date de Motorola, en retraite, lança Gavin Electricity Initiative, une ONG consacrée à la transformation et à l’amélioration du réseau électrique américain pour lui faire atteindre un niveau digne du XXIe siècle.

Ensuite, pensez-y : en 2016, les personnes qui fêtent leurs 65 ans ont encore, en moyenne, 20,4 années à vivre (21,6 ans pour les femmes et 19,3 ans pour les hommes).

Voyez un peu toutes les possibilités qui s’offrent à vous !

Puce Quelles solutions pour votre avenir financier
Voici un plan en trois parties, très concis, pour vous aider :

Premièrement : améliorez le fonctionnement de votre corps. Vous ne pouvez pas tout contrôler, mais vous pouvez vous concentrer sur trois des facteurs les plus important pour un corps énergique : manger, dormir, et faire de l’exercice. J’ai écrit de très nombreux articles sur ces thèmes par le passé. La version la plus courte est la suivante : mangez et faites de l’exercice comme un homme des cavernes, et dormez bien pendant sept à huit heures chaque nuit.

Deuxièmement : améliorez le fonctionnement de votre esprit. Avoir un corps en bonne santé sera d’une grande aide, mais vous devriez également vous entraîner à être positif en développant des habitudes qui ont fait leurs preuves. Encore une fois, la version courte : entraînez-vous à sourire et à rire plusieurs fois par jour, et faites semblant d’être content même lorsque vous ne l’êtes pas.

Troisièmement : comprenez qu’il est parfaitement possible — et même probable — que vous vous puissiez vous débarrasser de votre dette personnelle et que vous puissiez accumulez un petit patrimoine en quelques années… si vous êtes prêt à faire ce qu’il faut.

  • Commencez par mieux comprendre les piliers fondamentaux de la création de richesse et par oublier certains des mythes qui vous ont été vendus par les médias financiers. Et notamment : on ne s’enrichit pas en allant en Bourse quand on a un petit capital. Oubliez la Bourse à ce stade.
  • Ensuite, il s’agit de prendre en main vos finances et votre bien-être dans l’avenir. Cette responsabilité vous incombe à vous, et vous seul. Il faudra vous pencher sur ce que vous avez fait par le passé, et vous engager fermement, personnellement, à changer.
  • Après cela, il faudra diminuer vos dépenses, gérer votre argent et répartir vos investissements intelligemment.
  • Enfin, il faudra créer un plan pour trouver de nouvelles sources de revenus. Il vous en faudra plusieurs. Vous savez, j’ai pris ma retraite à trois reprises, avant de finalement décider de me remettre à chaque fois au travail. Je suis un inconditionnel du travail. Mais pas le travail humiliant, épuisant pour l’esprit, ennuyeux, 9h-17h, qu’effectue la majorité des gens. Je vous parle d’un type de travail totalement différent : souple, indépendant, où vous êtes décisionnaire et — plus important peut-être — lucratif.

Je peux vous dire une chose :

Obtenir davantage de revenus est la méthode la plus efficace pour vous débarrasser de votre dette et devenir riche. Vous devez générer des flux de revenus supplémentaires.

C’est la manière la plus sûre de vous sortir du mauvais pas financier dans lequel vous vous trouvez aujourd’hui et de profiter d’une retraite confortable et sans souci.

Avoir 60 ans ou plus n’est pas un problème. C’est une opportunité. Vous êtes plus vieux aujourd’hui, et vous devriez donc logiquement être plus sage. Utilisez cette sagesse pour faire les bons choix.

Dernier point : oui, la dette pèse sur notre économie mondiale. Et oui, cette dette devra être remboursée, d’une manière ou d’une autre. Mais vous ne deviendrez pas plus riche en vous faisant du souci à ce sujet. Alors la meilleure chose que vous puissiez faire, c’est d’aider le monde à aller mieux, une personne à la fois. Et la personne en question, c’est vous !

[Ne manquez aucun des conseils de Mark Ford en vous inscrivant dès maintenant à notre dernière e-letter Provoquez votre réussite ! Gratuite et sans engagement, il n’y a pas de raison d’hésiter : abonnez-vous dès maintenant en cliquant ici…]

A propos de l'auteur

Mark Ford

Je m’appelle Mark Ford et suis un millionnaire autodidacte. Je suis né à Brooklyn, à New York, où je vivais dans un minuscule appartement avec mes parents et mes trois frères et sœurs. Mon père était professeur de lycée, il gagnait environ 10 000 dollars par an…

J’ai rejoint le bénévolat (Peace Corps) quand j’étais un jeune homme… j’ai dormi sur des sols boueux dans des huttes africaines… et lorsque mon premier enfant est né, je gagnais moins de 9 000 euros par an. J’ai réalisé que quelque chose devait changer. Et c’est à ce moment que j’ai décidé de gagner sérieusement ma vie.

Depuis mon adolescence “rêveuse”, j’ai passé 39 ans à étudier et pratiquer les secrets pour devenir financièrement indépendant.

J’ai commencé avec le business des services, les toitures, la pose de piscine, la peinture en bâtiment. Ensuite j’ai évolué vers les restaurants, clubs de santé, clubs d’arts martiaux, deux agences de voyage et deux galeries d’art.

En fait, j’ai lancé des business dans tous les secteurs que vous pouvez imaginer – et j’ai collaboré dans bien plus encore. A la fin, mes clients me payaient jusqu’à 2 000 dollars l’heure pour que je les conseille sur leur business – et c’était justifié puisqu’une seule de mes idées pouvait transformer leur entreprise à la peine en entreprise à succès.

Aujourd’hui, je dispose de 50 millions d’euros…

Mais j’ai toujours eu une passion : enseigner. C’est à cela que j’aime passer du temps en ce moment : apprendre aux gens à devenir riche (j’ai beaucoup de chance : je n’aurais plus jamais à me soucier de l’argent désormais, et je peux me permettre de me consacrer aux projets qui m’intéressent).

Il y a des gens qui écrivent leurs Mémoires lorsqu’ils arrivent à l’âge de la retraite. D’autres se lancent dans des activités philanthropiques… Pas moi…

Je veux être reconnu pour avoir aidé un maximum de gens à devenir riche. C’est ce que j’aime faire. Et j’en ai déjà aidé des dizaines, si ce n’est des centaines durant toute ma carrière.

Mais maintenant que je me dirige vers l’âge de la retraite, j’ai décidé de me consacrer entièrement à cela pour le reste de mes jours en créant le Wealth Builder Club (Club des Créateurs de Richesse). Je transmets aujourd’hui toute mon expérience et mon savoir-faire aux membres de mon club qui sont de plus en plus nombreux et qui viennent du monde entier. Je les aide à bâtir leur fortune.

J’en suis fier. Cela fait aussi de moi un retraité heureux, qui se sent utile aux autres.

Laissez un commentaire