Santé

Alopécie, calvitie : bientôt un mauvais souvenir ?

alopécie
Ecrit par Meriem Saïdi

Perdre ses cheveux n’a pas la même signification chez un homme, une femme, un adulte ou un enfant, selon que l’on perd tout ou seulement quelques plaques. Lorsque tout va bien, 85% de vos cheveux sont en phase de croissance et seulement 10% en phase de chute. On peut donc perdre 50 à 100 cheveux par jour sans que cela soit inquiétant. Le problème, c’est quand la chute s’accélère…

L’alopécie androgénique ou calvitie cause 95% des cas de perte de cheveux.

Comprendre les différentes chutes de cheveux

  • La chute abondante et inhabituelle des cheveux

Vous pouvez perdre beaucoup de cheveux deux à trois mois après :

-un accouchement ;

-une intervention chirurgicale ;

-une maladie aiguë ;

-une perte rapide de poids ;

-un stress important.

La repousse spontanée prend généralement quatre à six mois. Au-delà, la chute peut être pathologique, il faut alors la traiter.

On parle de chute de cheveux chronique. Il faut rechercher les causes pathologiques : anémie (manque de globules rouges), hyposidérémie (diminution du fer), hypothyroïdie.

Elle peut être aussi le début d’une alopécie diffuse ou d’une alopécie androgénétique.

  • La chute de cheveux androgénique

L’alopécie androgénique est caractérisée par la diminution du nombre de cheveux. Petit à petit, le cuir chevelu s’éclaircit. On peut avoir une alopécie diffuse ou une alopécie en plaque (pelade). C’est une modification physiologique de la chevelure. Il s’agit d’une chute évolutive vers une calvitie.

Cette forme de chute de cheveux est causée principalement par deux facteurs : génétique et hormonal.

Anticipez la chute de cheveux pour ne jamais vous retrouver chauve !

On a tous la vision de notre grand-père ou de notre père dégarni. Vous commencez à perdre vos cheveux, mais vous n’avez pas envie de leur ressembler ?

Après 40 ans, la plupart des hommes voient leurs cheveux se raréfier. Mais la calvitie androgénique peut débuter bien avant : elle concerne environ 15% des hommes à l’âge de 20 ans, 30% à 30 ans et un sur deux à 50 ans. Pour lutter contre cette calvitie, les moyens ne sont pas légions.

  • Prévenir plutôt que guérir

Certains gestes très simples permettent, sinon d’arrêter la chute des cheveux, au moins de vivre plus confortablement avec sa calvitie ou d’en ralentir la progression. Il ne faut pas hésiter à se laver les cheveux. Simplicité rime parfois avec efficacité. Avant l’anti-chute, pensez à l’anti-sébum. La surproduction de sébum (graisse) empêche le développement normal des cheveux et les fragilise. Elle cause de l’alopécie séborrhéique.

Prolonger la vie d’un cheveu est un autre problème : il faut atteindre sa racine, située dans le follicule pileux, à 4 mm sous le cuir chevelu. Autrement dit, il faut passer la barrière cutanée de la peau, c’est le domaine du traitement. Un shampooing n’a pas d’impact sur la perte des cheveux, il ne peut ni la stopper, ni la ralentir, ni la provoquer, d’ailleurs.

Faites la chasse aux idées reçues !

La calvitie n’est due ni au port du casque, ni à celui de la casquette. Contrairement à ce qu’indique une croyance populaire, il n’est pas utile de se faire couper les cheveux par une nuit de pleine lune, ça ne les fait pas repousser plus durs ! Inutile de les raser dans l’espoir de les faire repousser plus forts.

À une certaine époque, des conseils fantaisistes, comme faire le poirier tous les jours pour favoriser les apports sanguins au niveau du cuir chevelu, ont pu avoir une certaine audience.

On a avancé que la chute des cheveux était due à une certaine sclérose du cuir chevelu, qui « collait au crâne », d’où des massages de type « palpé/roulé » de la peau du crâne. Même si c’est plutôt agréable de se faire masser la tête, les massages sont inutiles pour prévenir la chute des cheveux et n’en stimulent pas la pousse.

  • Les compléments alimentaires et l’alimentation

Certains suppléments peuvent se révéler utiles, comme la vitamine B, ainsi que certains acides aminés, comme le fer, le zinc, le magnésium et la vitamine C. L’impact des compléments alimentaires reste malgré tout plutôt négligeable lorsqu’il s’agit d’une alopécie androgénique, même s’ils peuvent s’avérer utiles pour les chutes de cheveux passagères.

Vous connaissiez le régime minceur ; vous allez découvrir ou redécouvrir le régime anti-chute.

– Vitamines (B2, B5, B6, B8) : céréales, germes de blé, cacao, foie, graines oléagineuses.

– Minéraux : fer (viandes et abats, cacao, produits céréaliers, moules et huîtres) ; zinc (huîtres, fromages, steak haché, foie, céréales) ; magnésium (cacao, graines oléagineuses, céréales, dattes, poissons gras, escargots).

– Acides aminés (méthionine, cystéine) : sole, thon, fromages, salami, jambon cuit, poulet, farine de soja, cacahuètes, lentilles, haricots, pistaches, amandes.

  • Les médicaments

Le minoxidil (Rogaine) est un hypotenseur dont l’effet est réversible à l’arrêt. L’application est locale, 1 à 2 fois par jour. Le traitement se prend à vie et peut occasionner quelques effets secondaires notables : irritation locale, hypotension, pilosité à distance (tempes et joues). L’application bi-quotidienne est contraignante.

Le finastéride est un antiandrogène utilisé initialement pour des problèmes de prostate. Interdit aux femmes, il est prescrit sous la forme d’un comprimé à prendre une fois par jour jusqu’à la quarantaine. Les effets secondaires sont des troubles de l’érection, une baisse de la libido et une baisse de la spermatogénèse.

Le nanoxidil est un dérivé évolué du minoxidil. Il possède plusieurs avantages par rapport à ce dernier mais ne semble pas encore approuvé par les instances gouvernementales (sauf erreur de ma part). On le retrouve pourtant en vente sur certaines boutiques en ligne.

Quand la calvitie est là, tout n’est pas perdu

  • La greffe de follicules pileux et ses avancées

C’est une technique chirurgicale d’implantation de cheveux dans le cuir chevelu. C’est la seule solution efficace pour combler les zones dégarnies qui n’ont plus de follicules pileux actifs.

La greffe est une méthode de restauration dans laquelle les follicules sont extraits des zones de la tête où les cheveux sont en plus grand nombre, parmi les plus épais (sous anesthésie locale), puis implantés sur la zone touchée, généralement le dessus du crâne. La dernière en date est la FUE.

L’avantage de celle-ci réside dans l’absence de cicatrice et vous conviendra si vous souhaitez, par la suite, avoir une coupe de cheveux très courte. En revanche, elle nécessite un traitement plus long et s’adresse de préférence à une petite ou moyenne calvitie.

C’est une intervention chirurgicale avant tout, qui doit être pratiquée par un chirurgien esthétique diplômé dont l’expérience en la matière assurera un résultat optimal.

  • Les artifices ne sont pas réservés aux femmes

La pigmentation du cuir chevelu MHT (Micro Hair Technique)

Le principe est simple : réaliser un tatouage donnant l’illusion d’un cuir chevelu bien garni mais tout juste rasé. Cette technique a énormément de succès en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Des cliniques spécialisées ont d’ailleurs été ouvertes dans ces pays.

Les compléments capillaires

On les nomme postiches, remplacements capillaires, tulle cinéma, chevelures de contact. Il en existe des amovibles et fixes. À la différence des greffes, les compléments capillaires se fixent par collage, barrettes, nouage ou tissage.

Les trois plus grandes marques mondiales, Uni’Hair (Japon), New Image (États-Unis) et Norgil (France et Canada), proposent l’intégration de cheveux naturels jetables. La technique des cheveux jetables est la plus moderne pour permettre aux hommes et aux femmes qui ont perdu leurs cheveux de revivre au quotidien avec des cheveux naturels. Bluffant ! Vous pourrez adopter toutes les coupes et toutes les couleurs. Je ne vous cacherai pas que c’est très coûteux.

Le maquillage capillaire

Vous pouvez tester des poudres avec de la kératine. Ces microfibres adhèrent à vos cheveux pour les densifier. Ce camouflage n’est pas incompatible avec un traitement plus classique à base de médicaments. Cela reste abordable. Seuls inconvénients : il faut un fixatif additionnel pour une tenue permanente (ce qui majore le coût) et les cheveux salissent également plus facilement.

  • La recherche sur la calvitie se poursuit…

Les cellules souches, le clonage cellulaire (clonage des cheveux en laboratoire, auto-clonage), la régénération du follicule (revitalisation capillaire, stimulation capillaire ou technique PRP)… Ces avancées médicales pourraient vous changer la vie dans quelques années.

Bon, soyons honnêtes : l’alopécie androgénique reste une mise à mort progressive de votre toison. Le vrai chauve peut se déceler dès 18/20 ans et c’est à ce moment qu’il faut commencer les traitements locaux. Après 45 ans, ils deviennent inefficaces. Certains médicaments ont un effet mais cela ne se fait pas sans risques.

Beaucoup de personnes ont du mal à assumer leur calvitie.

N’oubliez pas, elle est dépendante de facteurs génétiques et hormonaux, donc vous n’y pouvez rien, c’est la nature. Vous pouvez camoufler, maquiller, greffer… Mais ce qui compte, c’est que vous soyez en accord avec vous-même et que vous évitiez de devenir l’esclave d’une société basée sur l’apparence. Je ne me risquerai pas à avancer qu’il y a de très beaux chauves et des chauves qui s’assument. C’est à vous de choisir !

Soyez vous-même, c’est votre marque de fabrique !

[Retrouvez tous les conseils de Yann Boutaric et son équipe dans J’Agis ! Santé, argent, conso, loisirs, ils partagent avec vous leurs meilleures idées et stratégies votre vie en main dans un document inédit ! Téléchargez-le vite en cliquant ici…]

A propos de l'auteur

Meriem Saïdi

Laissez un commentaire