Vie privée

Arrêtez de vous faire arnaquer sur Internet !

Yahoo! : un hacker avec une capuche en train de pirater les comptes
Ecrit par Anne Harald

En 2016, vous êtes-vous fait arnaquer sur le Net ? On a beau se dire que l’on est de plus en plus vigilant et averti, les malfaiteurs ne s’en montrent pas moins plus inventifs et convaincants.

Voici un florilège des grandes arnaques que l’on trouve actuellement sur le Net. Et quelques conseils pour essayer de ne pas se laisser prendre.

Puce L’appât du gain, un grand classique
Vous avez très probablement déjà reçu un e-mail de ce type : on vous propose, au choix, de toucher un héritage/participer au financement d’un projet, le plus souvent à l’étranger/aider à rapatrier de l’argent en France contre un pourcentage alléchant. Parfois, ces e-mails n’hésitent pas à mettre les gros moyens. J’ai ainsi été contactée par « l’ambassadeur des Etats-Unis en Irak », qui me proposait d’investir dans un projet pétrolier aux promesses de rendement mirobolantes.

Bien entendu, ce sont des faux, des arnaques, des « scams » comme on dit dans le milieu du Net. Avant de pouvoir toucher de l’argent, il faut verser une somme pour débloquer un compte ou l’héritage en question, ou encore pour verser des pots de vin aux autorités locales. Des sommes que vous ne reverrez jamais.

Et quand bien même l’offre serait « honnête », c’est-à-dire que l’on vous verserait bel et bien de l’argent pour aider à faire transiter des fonds, vous tomberiez alors dans l’illégalité ! Le site Internet du service public rappelle que, si les sommes qui transitent par votre compte sont associées à des opérations d’escroquerie, vous en devenez le complice. Le risque : d’importantes amendes et des peines d’emprisonnement.

Toutefois, ce type d’arnaque, s’il existe toujours, commence à être bien connu. Alors dernièrement, les fraudeurs ont investi un nouveau créneau : les crédits et les livrets d’épargne. Il est en effet facile d’allécher le candidat un peu trop naïf. Une offre de crédit à un taux attractif ou un livret d’épargne a un taux d’intérêt supérieur à ce qui se pratique, proposé par e-mail ou par téléphone. Le nombre d’arnaques aux faux livrets d’épargne est tel actuellement que l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a dû lancer une alerte.

Alors que le taux du livret A plafonne à 0,75%, des personnes mal intentionnées vous font miroiter des supers livrets d’épargne aux taux compris entre 5% et 8%. Sachez que de tels taux n’existent pas en ce moment sur le marché de l’épargne ! Le meilleur rendement que vous puissiez espérer pour un livret d’épargne se situe autour de 3%.

Concrètement, donc, la personne vous demande de lui envoyer vos coordonnées bancaires, afin de mettre en place le crédit ou le livret d’épargne puis, dans le cadre de ce dernier, d’effectuer un premier virement sur un compte. Une fois encore, vous n’entendrez plus parler de ces personnes ni ne reverrez la couleur de votre argent.

Très pervers également, les fausses offres d’emploi. Au moment de postuler, on vous demandera de verser de l’argent afin de créer un visa de travail ou de rémunérer l’agence de recrutement.

Il existe quelques moyens simples pour vous assurer de l’honnêteté de votre interlocuteur.

Le plus efficace consiste à demander toutes les coordonnées et la raison sociale de la société qui vous contacte et de vérifier son existence sur www.regafi.fr ou www.orias.fr.

S’il est trop tard et que vous avez déjà été victime de l’escroquerie, contactez Info escroquerie au 0811 0202 17.

Puce Gare aux faux amis
Si l’on se méfie désormais des expéditeurs de e-mails inconnus, on a tendance à croire ce qui provient de ses contacts ou amis. Comme cette alléchante offre d’achat à prix cassé. Ou ce lien pour voir une vidéo rigolote. Méfiance ! Il s’agit bien souvent de comptes piratés. En cliquant sur les liens proposés, vous risquez d’implanter un virus dans votre ordinateur.

Avant toute chose, essayez de vous enquérir auprès de votre ami de la véracité de son e-mail.

En est-il bien l’expéditeur ?

Si ce dernier n’est pas joignable, ne cliquez pas sur le lien, mais rendez vous sur le site Internet officiel de la marque concernée par l’offre commerciale. Un exemple :

Vous recevez un e-mail d’un de vos contacts qui vous soumet une offre exceptionnelle : un rabais de 50% sur les lunettes de soleil de votre marque préférée. Le bandeau publicitaire est là, le logo de la marque aussi. L’offre est tentante. Ne cliquez pas, mais allez directement sur le site de la marque en question… où il est fort à parier que la promotion en question n’existe pas.

La même méfiance est valable pour tous les e-mails que vous recevez de possibles prestataires de service ou services d’Etat (ERDF, Free, Sécurité sociale…). Il s’agit la plupart du temps de « phishing », c’est-à-dire de faux e-mails qui vous invitent à donner des renseignements personnels, aussi bien votre numéro de contrat et adresse et vos codes de carte bancaire.

Surtout, ne renseignez jamais les champs d’information vides que vous pourriez recevoir dans ces e-mails, quand bien même vous ne cliqueriez pas sur le bouton « envoyer ». Les escrocs peuvent voir ce que vous inscrivez dans les cases même sans renvoi du formulaire.

Si ces e-mails sont véridiques, ils vont inviteront à vous connecter à votre espace client directement depuis leur site officiel (comme le site Ameli pour la Sécurité sociale par exemple).

Voici, enfin, quelques conseils pratiques
pour éviter les pièges tendus par la Toile 

– Réglez vos achats en privilégiant les sites dont l’adresse commence par https et le signe d’un cadenas.
– Ne cochez jamais la case « Mémoriser vos coordonnées bancaires ».
– Ne consultez pas vos comptes en banque et ne faites pas d’achat en ligne sur des ordinateurs publics.
– Traquez les fautes d’orthographe ou de syntaxe dans les e-mails et offres promotionnelles que vous recevez. Les arnaqueurs ont souvent de sérieuses lacunes de ce côté-là.
-Vérifiez l’adresse e-mail de votre interlocuteur. Les adresses des sites officiels, qu’il s’agisse de ceux du gouvernement, des impôts, des prestataires sociaux ou des entreprises, ne sont pas construites sur le modèle @hotmail.com ou @gmail.com

[Découvrez plus de conseils pour déjouer les pirates du Net en cliquant ici…]

 

De nouvelles arnaques sont sans cesse inventées, alors le mieux est de les signaler au site du gouvernent dédié à la question : https://www.internet-signalement.gouv.fr

A propos de l'auteur

Anne Harald

Laissez un commentaire