Bien-être

Cap ou pas cap ?

Ecrit par Claire Diaz

Plus que 15 jours… plus que 10 jours… plus que 5 jours… Si vous n’êtes pas encore en vacances, vous comptez peut-être les jours avant d’y arriver.

C’est mon cas.

Comme chaque année, je suis épuisée, stressée et j’ai vraiment hâte de déconnecter.

Et comme chaque année, je vais me promettre de ne plus jamais arriver à ce niveau de fatigue.

Récemment, ma collègue Lorraine Amiel me parlait de sa solution pour justement éviter d’en arriver là : un mode d’alimentation bien particulier.

Elle a tout de suite ajouté devant mon expression pleine de doutes que ce n’était pas du tout un régime ou un énième truc à la mode venu tout droit des États Unis pour actrices anorexiques.

Le principe ? Rééquilibrer le pH de son corps.

Dit comme cela, cela peut paraître étrange… et pourtant en creusant un peu plus le sujet, j’ai découvert que c’est un mécanisme assez simple et sain.

C’est un médecin autrichien, Frantz Mayr, qui a le premier ébauché les grandes lignes de ce principe en se basant sur l’une de ses convictions profondes : une bonne digestion est l’un des facteurs les plus importants de la santé. Et peut même être liée à des symptômes que nous expérimentons tous : fatigue ; stress ; sensation d’épuisement…

Beaucoup d’études et de recherches médicales en nutrition sont venues corroborer la conviction de Frantz Mayr.

Pour résumer : pour fonctionner, notre corps utilise différents liquides organiques (le sang, la salive, la lymphe, etc.). Or, pour nous sentir bien et être en bonne santé, ces derniers doivent être à un certain pH.

S’ils sont trop acides ou au contraire trop alcalins, ces fluides deviennent épais et lents… et donc distribuent moins bien les nutriments (vitamines, minéraux, oligoéléments) dont vos organes ont besoin en permanence.

Votre corps est obligé de puiser dans ses réserves. Il étouffe sous les agressions et les toxines et, de ce fait, n’est plus forcément capable de se défendre efficacement ni de fonctionner de façon optimale. Il dysfonctionne donc probablement parce qu’il est encrassé…

En cause ? L’alimentation en premier lieu. Mais aussi certaines carences en oligoéléments, une mauvaise oxygénation, une hydratation insuffisante, le stress ou encore une élimination insuffisante des acides par les reins et les poumons.

S’attaquer aux racines du problème…

L’idéal est donc de maintenir et d’équilibrer le pH de votre organisme entre 7 et 7,4 en adoptant un nouveau mode d’alimentation.

Et, comme le disait Lorraine, effectivement cela passe par une sélection plus attentive des combinaisons d’aliments pendant les repas. Pas de restrictions, de mesures d’aliments ou ce genre de choses, non. En fait, c’est assez simple… une fois que l’on sait reconnaître les aliments acides et les aliments alcalins.

Ce qui permettra à votre corps acidifié par un mode de vie sédentaire, stressant, frappé par la pollution et la malbouffe de retrouver son équilibre acido-basique grâce à de nouvelles habitudes alimentaires.

En amenant, à chaque repas, suffisamment d’aliments alcalins pour neutraliser l’acidité du steak que vous ingérez par exemple !

Lorraine m’a envoyé une documentation complète pour faire le tour du sujet et m’aider à me lancer. En me disant que 8 semaines suffisaient pour nettoyer et rééquilibrer mon organisme. Attaquer la rentrée en pleine forme et oublier la fatigue chronique : il y a de quoi être séduit !

J’ai donc commencé il y a quelques jours, je vous en reparlerai dans 8 semaines… En attendant, j’ai un peu envie de vous lancer un petit défi : cap ou pas cap’ de vous lancer à votre tour ?

A propos de l'auteur

Claire Diaz

Laissez un commentaire