Bons plans

La formule la moins chère pour vous chauffer cet hiver

chauffage
Ecrit par Anne Harald

Ça y est, dans bon nombre d’habitations – de la moitié nord de la France du moins – le chauffage s’est remis à tourner. C’est parti pour de longs mois, et les factures d’énergie vont s’en ressentir.

Le moment est donc bien choisi pour s’interroger sur votre mode de chauffage. Faites-vous appel à la bonne source d’énergie ? Et votre fournisseur, quel niveau de tarifs pratique-t-il ?

Gaz ou électricité, un choix cornélien

Malheureusement, il n’existe pas de réponse tranchée en faveur du chauffage au gaz naturel ou à l’électricité. Comme souvent, cela dépend de votre situation personnelle. Oui, il va falloir que vous vous posiez quelques questions…

Premièrement, êtes-vous prêt à faire des travaux d’installation conséquents ?

Si votre maison est sur le point d’être construite ou que vous vous lancez dans une grande entreprise de rénovation, toutes les options demeurent ouvertes. Mais pour un logement en bon état, mieux vaut savoir qu’installer un chauffage au gaz va vous demander d’importants travaux.

Vous devrez faire installer une chaudière et des radiateurs et vous faire raccorder au réseau GRDF. à ce sujet, préférez surestimer la capacité de la chaudière. Imaginons que vous construisiez une pièce en plus ou que vous ayez finalement cinq enfants, ce serait dommage de devoir tout réinstaller parce que votre chaudière n’est pas assez puissante.

On en vient donc à la question de votre budget. L’installation d’un système de chauffage au gaz est relativement coûteuse, comme vous pouvez l’imaginer.

Voilà pourquoi, pour un logement en bon état, bien isolé et pas trop grand, conserver un système de chauffage électrique est plutôt recommandé.

Vous êtes frileux, avez les yeux qui vous démangent et la gorge qui gratte quand l’air est trop sec, vous êtes donc farouchement opposé au chauffage électrique ?

Heureusement, l’électrique a fait de grands progrès. à condition d’investir un minimum dans de nouveaux radiateurs, vous n’aurez plus cette désagréable impression d’air sec, cette sensation de chaleur à proximité du radiateur et de froid polaire dans le reste de la pièce.

Les nouvelles générations de radiateurs électriques ont de plus l’avantage de s’installer facilement, voire même d’être transportables d’une pièce à l’autre. Si vous n’avez pas envie d’investir dans une installation complexe, un simple changement de radiateurs pour les nouvelles générations de radiateurs électriques devrait donc vous suffire.

L’argument du prix

On a parlé installation et chaleur, mais abordons maintenant un point important : les factures mensuelles.

Quelle énergie va coûter le moins cher ?

Pour une réponse claire, regardons du côté des chiffres.

Au début de l’hiver 2017, le kilowatt/heure (kWh) de gaz coûtait 0,0692 €. Celui d’électricité se montait à 0,1607 €. Outre cet écart, sachez également que le prix de l’électricité a tendance à grimper beaucoup plus rapidement que celui du gaz.

Bref, pour récapituler : le gaz naturel est moins cher et tout de même plus agréable. Il demande toutefois un investissement de départ plus important, puisque pour une surface de 150 m², cela peut grimper jusqu’à 10 000 €, frais de raccordement au réseau GRDF inclus. Si vous faites des travaux de rénovation énergétique, vous pourrez toutefois profiter d’aides de l’état pour mener à bien votre chantier.

Pour la simplicité, tant d’installation que d’entretien, en revanche, privilégiez l’électricité.

Mais surtout, quel que soit votre décision, allez plus loin dans le raisonnement en questionnant aussi le choix de votre fournisseur ! Vous n’êtes plus obligé de rester avec Engie ou GRDF et pouvez faire appel à des fournisseurs alternatifs. Certains affirment être capables de faire baisser vos factures d’énergie de 5% à 10%. Pour en avoir le cœur net, faites des simulations sur Internet, beaucoup de sites proposent des comparateurs en ligne.

A propos de l'auteur

Anne Harald

Laissez un commentaire