Entreprendre

Créez votre entreprise

Ecrit par Maya Dujardin

J’entends parfois mes amis salariés fantasmer sur la vie d’entrepreneur. Certains d’entre eux sont vraiment las et démotivés. Ils ont en tête l’image de leur nouvelle existence, loin de la routine qu’ils subissent chaque jour. Ils deviendraient leur propre patron et s’organiseraient « comme ils le souhaitent »… « La liberté », en somme !

Evidemment, la réalité est tout autre. Sur le chemin, nombreux sont les obstacles et les difficultés. Sans parler de toutes ces heures, ces journées, ces soirées, ces week-ends consacrés à ce nouveau projet. La liberté ? Pas si sûr.

Si, comme eux, l’idée de créer votre entreprise vous séduit sérieusement, il est important que vous fassiez un travail préliminaire pour définir votre projet mais aussi tester vos motivations et vos ressources personnelles. Car, si vous vous lancez, votre parcours ne sera pas un long fleuve tranquille. Mieux vaut être prêt.

Puce Déchiffrez les signaux envoyés par le marché
Vous avez une idée. Ouvrir un magasin d’objets issus du commerce équitable, un service permettant de préserver la couche d’ozone ou une application pour smartphones. Vous devez identifier en quoi cette idée apportera un plus par rapport à ce qui existe déjà et, si ce n’est pas le cas, comment y intégrer de la nouveauté.

Sachez repérer les secteurs où la demande existe mais n’a pas encore été comblée. Soyez vigilant face à ces petits signaux encore peu perceptibles qui témoignent pourtant d’un réel besoin. C’est là qu’il faudra vous engouffrer.

Acceptez d’abandonner votre idée d’origine si l’offre dépasse déjà largement la demande et si vous n’avez pas le petit plus qui fera la différence.

Posez-vous les bonnes questions :

  • le marché visé est-il en phase de développement (c’est ce signal faible qu’il faut repérer !), mature, voire saturé ?
  • combien y a-t-il de concurrents ? Que savez-vous de leur taille, de leur chiffre d’affaires, de leur ancienneté ?
  • qui sont les clients, où et comment consomment-ils ?

Et, parlez-en autour de vous pour évaluer les réactions, préciser votre concept et avancer dans votre réflexion. N’ayez pas peur, on ne vous volera pas votre idée.

Puce Testez vos motivations et vos ressources
Il est primordial que vous vous interrogiez sur le sens que l’acte de création d’entreprise a pour vous. Car, dans l’aventure entrepreneuriale, on n’est pas seul, on embarque aussi sa famille. Et ce n’est pas rien.

Penchez-vous sur trois sujets :

  • votre situation familiale : est-elle suffisamment équilibrée ? Votre entourage familial vous soutiendra-t-il ? Avez-vous un projet d’enfant à concrétiser en parallèle ? Prendre le temps de répondre à ces questions est très important. Le moment ne sera jamais idéal à 100%, mais il y a des périodes plus ou moins stables et sereines ;
  • votre mental (d’acier !) : quelle est votre résistance au stress ? Pourrez-vous travailler 15 heures par jour et sacrifier, pendant un temps, votre vie sociale ?
  • vos finances : quel apport financier pouvez-vous apporter à votre projet (vous trouverez difficilement des partenaires financiers si vous ne portez pas au moins 30% du risque) ? Pouvez-vous tenir 1 an (2, c’est mieux) sans revenus ?

Puce Avec un associé ou en solo ?
Pourquoi chercher un associé ? D’abord à des fins financières, pour augmenter les capitaux de départ de l’entreprise que vous lancez, puis à des fins opérationnelles, pour bénéficier de compétences et de ressources que vous n’avez pas forcément.

Si vous êtes plus créatif, votre associé assurera davantage la comptabilité, par exemple. Mais, ne croyez pas que vous délèguerez tous les sujets en rapport de près ou de loin avec les domaines que vous aimez le moins.

L’autre avantage dans le fait d’avoir un associé est la possibilité de pouvoir se remonter le moral, se remotiver, partager les galères, mais aussi les bons moments. Et c’est loin d’être négligeable.

Si vous vous associez, vous aurez le choix entre plusieurs formes juridiques, notamment la SNC (société en nom collectif), la SARL (société à responsabilité limitée) ou encore la SAS (société par actions simplifiée). Demandez conseil le moment venu.

Mais peut-être que vous préféreriez être le seul maître à bord au sein de votre entreprise. Si vous pensez que vous en avez les épaules et que votre tempérament vous pousse dans ce sens, écoutez-vous. Et lancez-vous. [Recevez nos conseils pour provoquer votre réussite jour après jour en cliquant ici…]

Restez à l’écoute, car je vous donnerai très prochainement toutes les étapes clés à respecter pour débuter !

A propos de l'auteur

Maya Dujardin

Laissez un commentaire