Libre d'agir http://libredagir.fr Liberté Indépendance Action Fri, 23 Jun 2017 10:45:15 +0000 fr-FR hourly 1 https://wordpress.org/?v=4.8 Ni à gauche, ni à droite… http://libredagir.fr/a-gauche-a-droite/ http://libredagir.fr/a-gauche-a-droite/#respond Fri, 23 Jun 2017 10:45:15 +0000 http://libredagir.fr/?p=3318 remaniement

Par Erik Tartrais

Cet article Ni à gauche, ni à droite… est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/a-gauche-a-droite/feed/ 0
SOS Retraite : votre pension en ligne de mire ! http://libredagir.fr/sos-retraite-pension-ligne-de-mire/ http://libredagir.fr/sos-retraite-pension-ligne-de-mire/#respond Thu, 22 Jun 2017 10:45:07 +0000 http://libredagir.fr/?p=3311 retraite

"Pourquoi les futurs retraités doivent se préparer à des lendemains qui déchantent" titrait hier Le Figaro. Il faut dire que les chiffres sont alarmants...

Dans son dernier rapport, le Conseil d'orientation des retraites (COR) explique clairement que les retraités demain seront moins bien logés que ceux d'aujourd'hui. Et ce, avant même le triste sort que nous réserve la hausse annoncée par le président Macron de 1,7 point de la CSG pour les retraités "aisés", qui gagneront plus de 1 200 euros par mois...

Mon collègue Yann Boutaric vous en parlait hier dans son article. Et je crois qu'il est urgent pour vous de le relire. Car, au lieu de vous accabler de chiffres et d'analyse, Yann vous livre une stratégie concrète pour préserver votre retraite si vous y êtes déjà, et pour vous en construire une solide si vous n'y êtes pas encore.

Bref, une lecture à ne pas manquer !

Retrouvez ici l'article de Yann en continuant votre lecture...

Cet article SOS Retraite : votre pension en ligne de mire ! est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/sos-retraite-pension-ligne-de-mire/feed/ 0
Êtes-vous certain d’être prêt pour votre retraite ? http://libredagir.fr/etes-certain-detre-pret-retraite/ http://libredagir.fr/etes-certain-detre-pret-retraite/#respond Wed, 21 Jun 2017 10:45:07 +0000 http://libredagir.fr/?p=3307 retraite

Cher lecteur,

Mes grands-parents ont eu une belle vie – portée par les Trente Glorieuses – et donc une retraite plutôt heureuse. Aujourd'hui, ils vivent entre leur appartement lyonnais et leur modeste résidence secondaire dans le Sud-Ouest, toujours accompagnés de leurs grilles de mots fléchés.

Malgré tout, leur train de vie paisible ne me fait pas forcément rêver. Je sais qu'ils font attention à leurs dépenses, qu'ils se privent.

Mais c'est pour mes parents, proches de la soixantaine, que je me fais davantage de souci. Car les rentes qui seront versées d'ici quelques années ne suffiront peut-être pas à couvrir le coût de la vie et la taxation qui ne cessent de croître. Le net avec lequel il faudra vivre risque d'être bien étroit. Et je ne parle même pas des pensions de réversion scandaleusement sabrées.

Ce problème du financement de la retraite sera encore plus marqué pour la génération qui suit : la mienne.

Nous devons donc tous nous préparer, et ne pas compter uniquement sur les retraites que nous versera l'État ou sur les aides éventuelles de nos mutuelles.

Chacun de nous espère profiter de la retraite pour voyager, créer, entreprendre et être libre de faire ce qui nous chante. Pour cela, nous devons être financièrement indépendants.

Vous aussi, vous nourrissez cette ambition ? Alors, comment y arriver ?

Avec une méthodologie simple, claire et précise, une stratégie qui vous montre le chemin à emprunter et qui vous donne les moyens de vos ambitions.

C'est ce dont nous allons parler aujourd'hui.


Êtes-vous certain d'avoir bien préparé votre retraite ?

Les ménages français partent à la retraite avec un capital de 250 000 euros - 300 000 euros en moyenne.

Pour atteindre un revenu de 60 000 euros annuels (et avoir un niveau de vie décent) avec un capital de 300 000 euros, il faut générer un rendement de 20%.

20% tous les ans !

Je ne vais pas dire que c'est impossible, mais la probabilité est tout de même très, très faible.

Et il me semble bien trop risqué d'opter pour le trading boursier une fois à la retraite afin de générer un tel revenu.

Et si vous percevez en parallèle 30 000 euros de revenus de retraite ? Dans ce cas, votre capital se contentera de générer 30 000 euros par an. C'est-à-dire présenter un rendement régulier de 10%.

10% par les temps qui courent... Pas facile.

Et là je parle en brut !

La plus grande erreur que font les retraités, c'est d'abandonner tous leurs revenus actifs...

Cette formule est le leitmotiv de Mark Ford. Pour l'illustrer simplement, livrons-nous à un petit exercice.

Étape 1 : Commencez par évaluer la somme d'argent dont vous aurez besoin pour vivre confortablement et qui, placée judicieusement, génèrera annuellement un rendement suffisant pour subvenir à vos besoins pendant votre retraite.

Vous ne savez pas comment évaluer cette somme ? Pas de panique : Mark Ford vous offre une formation gratuite dans laquelle il vous expliquera précisément comment vous y prendre, vous, personnellement.

Important : pour déterminer cette somme, ne prenez pas en compte les actifs que vous possédez et qui ne génèrent pas de rendement (votre maison ou les bijoux familiaux, par exemple). Ne retenez que le capital susceptible de créer de la richesse. C'est ce que Mark Ford appelle "l'actif net disponible".

Etape 2 : Demandez-vous :

"Ce capital, placé au taux actuel de 2,50%, me permettra-t-il de générer un revenu net après impôt suffisant pour vivre correctement à la retraite ?"

C'est précisément cette question qu'il faut vous poser.

Et dans la grande majorité des cas, la réponse est non.

Les courtiers et les banquiers ne vous le diront jamais, et les analystes de marché non plus. Ils ne vous le diront pas car cela ébranle le mythe selon lequel la solution à tous vos problèmes financiers serait d'investir sur les marchés boursiers.

Investir dans les actions ne vous procurera l'argent nécessaire à votre retraite que si votre capital accumulé est suffisamment important. S'il vous faut 60 000 euros par an, sachant que les rendements sont à 2,50%, votre capital doit être de 2 400 000 euros... Disons que ce n'est pas donné à tout le monde.

Votre retraite se joue maintenant !

En introduction, je vous parlais de mes doutes, de la situation de  mes parents, de la mienne. Vous vous êtes peut-être dit : "Il est trop tard pour moi, je suis trop loin du compte..."

Surtout pas ! Il n'est jamais trop tard.

Vous pouvez atteindre votre objectif quel que soit votre âge, et quelle que soit votre situation actuelle. Soyez-en assuré.

La stratégie de création de richesse de Mark Ford a fait ses preuves et nombreux sont les gens qui peuvent témoigner à travers le monde de son efficacité. Quel que soit leur âge, ils ont su adapter leur cas à la méthodologie de Mark et ont pu prendre le bon wagon lorsqu'il s'est présenté à eux. Ils ne l'ont pas regretté.

Mark recommande par ailleurs de faire un point chaque année sur votre situation, ce qui vous permet à tout moment de régler la mire.

J'ai eu la chance de rencontrer Mark Ford il y a un peu plus de deux ans. C'est à ce moment-là qu'il m'a proposé de devenir le porte-parole en France du Club des Créateurs de Richesse, dont il est le fondateur.

Depuis, je ne puis exprimer en quelques mots à quel point son énergie, sa philosophie, son expérience et ses recommandations m'ont inspiré. Mais ce qui nous rend le plus fier – Mark, Isabelle et moi -, c'est à quel point ses mots ont également inspiré tous les membres du Club qui nous ont rejoints depuis deux ans.

Chacun d'entre eux, quel que soit son profil, a su tirer profit des enseignements de Mark et ainsi avancer chaque jour un peu plus vers son idéal de vie et de retraite.

La bonne nouvelle, c'est que Mark propose durant toute la semaine prochaine une session de formation totalement gratuite en vidéo...
Voici ce que vous y apprendrez :

  • vous apprendrez à gagner de l'argent même si vous avez arrêté de travailler depuis plusieurs années ;
  • vous pourrez vous assurer une retraite vraiment confortable -- même si vous n'êtes qu'à quelques années du départ ;
  • vous pourrez enfin vous dégager de votre situation de dépendance financière vis-à-vis de l'État et des organismes de retraite. Actuellement, ces derniers peuvent effectivement, à tout moment, dévaloriser le point d'indice – et donc votre retraite. Et vous ne pourrez rien y faire ;
  • bref, vous pourrez devenir financièrement indépendant, quels que soient vos moyens actuels, votre âge ou vos compétences.

Pour  recevoir vous aussi ces précieuses informations du lundi 26 au vendredi 30 juin, inscrivez-vous ici : lien d'inscription.

Cet article Êtes-vous certain d’être prêt pour votre retraite ? est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/etes-certain-detre-pret-retraite/feed/ 0
Retraité, lancez-vous dans le bénévolat ! http://libredagir.fr/retraite-lancez-benevolat/ http://libredagir.fr/retraite-lancez-benevolat/#respond Tue, 20 Jun 2017 10:45:09 +0000 http://libredagir.fr/?p=3304 bénévolat

L'heure de la retraite approche ? Et si vous en profitiez pour aider des associations en devenant bénévole ? Si vous ne l'avez jamais fait, c'est le moment idéal pour vous engager et agir. La société a besoin de vous !

"Seulement" 3,9 millions de seniors bénévoles

D'après l'enquête de l'Ifop pour France Bénévolat, association d'utilité publique "qui a pour vocation le développement de l'engagement bénévole associatif pour une citoyenneté active", 12,7 millions de bénévoles ont été répertoriés, et parmi eux, 3,9 millions de seniors de plus de 65 ans. "Contrairement aux idées reçues, ces derniers ne sont donc pas sur-représentés, souligne Françoise Demoulin, coordonnatrice politique seniors de France Bénévolat. Entre 2010 et 2013, une augmentation de 12% de bénévoles a été enregistrée : 32% chez les jeunes et seulement 5% chez les plus de 65 ans."

Comment expliquer le fait que la progression soit plus timide chez les seniors ? "Les conditions de départ à la retraite se sont durcies et les retraités ont besoin de compléter leurs revenus en dédiant une partie de leur temps à un activité rémunérée, analyse Françoise Demoulin. Aujourd'hui, les 900 000 retraités qui travaillent ont moins de temps pour faire du bénévolat. De plus, on observe une certaine ‘concurrence' avec la solidarité familiale : les retraités sont sollicités pour s'occuper de leurs petits-enfants, voire de leurs parents, dont l'espérance de vie s'est considérablement allongée."

Notons que, parmi les 3,9 millions de bénévoles de plus de 65 ans, beaucoup étaient déjà engagés durant leur vie professionnelle. "On ne s'improvise pas tout à coup bénévole, admet Françoise Demoulin. L'enjeu est donc de sensibiliser ceux qui ne se sont jamais lancés ! Dans cette optique, les séminaires de préparation à la retraite proposés par les entreprises dédient du temps au bénévolat."

Pourquoi devenir un retraité bénévole ?

Certains d'entre vous sont peut-être anxieux à l'idée de se retrouver, une fois la retraite arrivée, désoeuvrés, sans "utilité sociale". Sachez que le bénévolat facilite le passage de la vie professionnelle à cette nouvelle vie qui sera la vôtre. "J'ai mis du temps à m'accepter en tant que retraité, raconte Yves, sur le site de l'association. Je ne savais plus me présenter. Être un retraité ça ne définit rien de précis. On ne sait rien sur vous. Aujourd'hui je parle de mon activité bénévole. C'est une nouvelle vie. Et puis à l'époque, je n'avais pas choisi mon métier. Mon bénévolat, je l'ai choisi."

Autre avantage ? Faire du bénévolat permet de préserver sa santé ! "D'après des études américaines, canadiennes ou même françaises - Recherche et Solidarités -, les personnes qui s'engagent vieillissent mieux, s'épanouissent plus facilement dans de nouveaux projets, développent moins de dépression, ont de meilleures capacités fonctionnelles et un taux de mortalité plus bas", indique Françoise Demoulin.

Comment choisir la mission bénévole qui vous convient ?

Sachez tout d'abord que les missions peuvent être ponctuelles ou régulières. Le bénévolat ne vous demandera pas forcément beaucoup de temps ni un engagement à long terme. "C'est parfois le cas, précise Françoise Demoulin, mais de plus en plus de missions ponctuelles trouvent leur place au sein des associations."

Quant au domaine dans lequel vous souhaitez intervenir, vous avez aussi le choix : humanitaire, social, éducation, santé, environnement, culture, sport...

Agissez au sein d'une association de grande envergure ou d'une association locale près de chez vous. Sur le site de France Bénévolat par exemple, "plus de 12 000 missions sont proposées par 800 associations".

Vous pouvez d'ailleurs bénéficier d'un accompagnement si vous en ressentez le besoin : 1 000 conseillers bénévoles de France Bénévolat sont présents sur tout le territoire national, dans l'une des 250 implantations de l'association.

"L'intergénérationnel a beaucoup de succès, témoigne Françoise Demoulin. Il peut s'agir de faire du soutien scolaire ou encore de passer du temps avec des enfants qui n'auraient pas leurs grands-parents près de chez eux. La mission peut également consister à présenter son métier ! Un ancien pilote de ligne retraité a ainsi accompagné des jeunes dans une cabine de pilotage pour leur raconter le déroulement d'un vol. Peut-être a-t-il suscité quelques vocations !"

[Argent, conso, santé retrouvez tous les conseils de nos spécialistes pour reprendre votre vie en main dans un document inédit ! Plus d'infos ici...]

Cet article Retraité, lancez-vous dans le bénévolat ! est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/retraite-lancez-benevolat/feed/ 0
Immobilier à l’étranger : comment éviter les problèmes avec le fisc ? http://libredagir.fr/immobilier-a-letranger-eviter-problemes-fisc/ http://libredagir.fr/immobilier-a-letranger-eviter-problemes-fisc/#respond Mon, 19 Jun 2017 10:45:14 +0000 http://libredagir.fr/?p=3301 immobilier à l'étranger

Vous avez vécu à l'étranger et vous y conservez un pied-à-terre ; vous avez acheté une maison de vacances en Espagne ou investi dans un appartement en Thaïlande et, pour ça, vous percevez des loyers...

Bref, vous détenez de l'argent et un bien immobilier en dehors de France. Ce qui est parfaitement légal – voire même un bon plan en matière d'investissement.

Mais pas question de transformer ça en bourbier, voire même en véritable catastrophe, en vous retrouvant en contentieux avec le fisc.

Assurez-vous de déclarer ce qu'il faut, d'autant plus que, contrairement aux idées reçues, cela ne signifiera pas forcément que vous serez lourdement imposé en retour. Par contre, vous serez lourdement puni si vous dissimulez des revenus au fisc !

Imposable ou non ?

Ce que vous détenez à l'étranger, notamment les biens immobiliers et les revenus qu'ils procurent (qui sont habituellement versés sur un compte en banque local), doit systématiquement être signalé auprès du fisc si vous êtes résident fiscal français.

Première chose à vérifier pour connaître votre imposition : existe-t-il une convention fiscale entre la France et le pays dans lequel vous avez investi dans l'immobilier ? Ces conventions fiscales permettent d'éviter une double imposition, dans le pays où se situe votre bien et en France.

Prenons un exemple.

Vous achetez une maison à l'étranger, vous y passez le printemps et l'automne mais vous décidez de la louer les mois d'été, afin d'amortir les frais.

S'il existe une convention fiscale entre le pays où se trouve la maison et la France, vous paierez des impôts sur les revenus des loyers seulement dans le pays étranger, mais les gains ne seront pas imposés en France quand vous les rapatrierez ici.

S'il n'existe pas de convention fiscale de ce type et que la fiscalité est plus avantageuse dans le pays du bien, vous pouvez avoir un rattrapage fiscal en France. Concrètement, la France appliquera son taux d'imposition sur les revenus locatifs, en déduisant ou non les impôts déjà payés dans le pays du bien.

Si vous vendez votre bien, les règles fiscales sur les plus-values enregistrées dépendront également de la convention fixée entre les deux pays.

L'imposition peut se réduire à celle du pays de localisation du bien, mais peut aussi, si elle est très inférieure au taux pratiqué en France, donner lieu à un rattrapage d'imposition en France.

La déclaration en France de la plus-value perçue à l'étranger peut être relativement complexe : mieux vaut demander conseil à son notaire.

Certains pays n'ont pas de convention fiscale avec la France afin d'éviter une double imposition totale. Il s'agit principalement de ceux assimilés à des paradis fiscaux. Si vous envisagez un investissement à l'étranger, c'est l'un des premiers critères à vérifier.

Une opération qui n’est pas fiscalement neutre

Pas de double imposition sur les revenus locatifs dans le pays que vous avez choisi pour acheter une maison, vous réjouissez-vous.

Certes. Toutefois détenir des biens ou percevoir des revenus à l'étranger n'est pas sans conséquences pour votre imposition.

Ainsi, les revenus ne sont pas imposés en France s'il existe une convention en ce sens.

En revanche, vous êtes obligé, dans votre déclaration d'impôts, de signaler tous les biens et avoirs détenus dans le monde.

Ces derniers sont ensuite comptabilisés dans vos revenus annuels. Vos revenus augmentent donc, ce qui a pour conséquence, potentiellement, de faire grimper votre barème d'imposition. Ce barème est ensuite appliqué à vos revenus en général, moins les sommes perçues à l'étranger, si non imposables.

Pour résumer, vos revenus locatifs à l'étranger ne sont pas imposables en France s'il existe une convention, mais ils peuvent faire augmenter le pourcentage auquel vous êtes imposé en France.

De plus, si vous êtes redevable de l'ISF, la valeur d'une maison ou d'un bien à l'étranger sera également intégrée dans le calcul de votre impôt, car c'est votre patrimoine mondial qui est pris en compte.

Le cas des successions

Malheureusement, convention fiscale ou non, les choses sont moins avantageuses dès lors que l'on parle transmission.

En effet, il n'y a pas d'exonération des droits de succession.

Donc, si vous intégrez un bien situé à l'étranger dans votre succession, vos héritiers (s'ils sont résidents fiscaux français) devront payer les droits de succession en vigueur en France. Les droits de succession qui seront versés localement, dans le pays de situation du bien, seront toutefois déduits.

Conclusion : si vous souhaitez acheter un bien à l'étranger, vérifiez qu'il existe une convention fiscale avec la France, puis intéressez-vous aux taxes locales, notamment sur les revenus locatifs et sur les plus-values. Côté succession, peu "d'inquiétude" à avoir. La France est l'un des pays où les droits de succession sont les plus élevés [Plus d'info ici...], il est donc peu probable que votre succession soit plus lourdement taxée là-bas qu'ici.

Cet article Immobilier à l’étranger : comment éviter les problèmes avec le fisc ? est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/immobilier-a-letranger-eviter-problemes-fisc/feed/ 0
Ils ont osé cette semaine… 17.06.2017 http://libredagir.fr/ont-ose-cette-semaine-17-06-2017/ http://libredagir.fr/ont-ose-cette-semaine-17-06-2017/#respond Sat, 17 Jun 2017 08:45:34 +0000 http://libredagir.fr/?p=3297

1. Ah quand même...

"L’électorat qui a voté dans la 2e circonscription de Paris, est, à mes yeux, à vomir", a déclaré, sur le plateau de BFMTV, M. Guaino, candidat dissident Les Républicains largement battu au premier tour des élections législatives !

2. Au cas où...

"Je n’ai pas parlé de toute la France, [mes propos ne visaient que] les bobos qui vivent dans l’entre-soi et cette droite traditionnelle tellement hypocrite, au fond un peu pétainiste, qui n’est pas capable de se comporter conformément aux valeurs qu’elle proclame" a tenu bon de préciser M.Gaino sur CNews mardi dernier.
... Au cas où vous n’auriez pas compris : Henri Gaino n’est pas content d’avoir perdu...

3. Action... réaction !

"Henri Guaino est l'idiot utile [...], comme tous les dissidents de droite", a riposté Nathalie Kosciusko-Morizet invitée mercredi sur BFMTV,estimant qu'ils "servent à faire perdre ces gens-là, prendre des voix au premier tour, abaisser le score". "Insulter les électeurs par déception, par rage, ça ne ressemble à rien", a-t-elle poursuivi...
Une bonne ambiance qui donne terriblement de voter au second tour de ces législatives demain...

Cet article Ils ont osé cette semaine… 17.06.2017 est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/ont-ose-cette-semaine-17-06-2017/feed/ 0
Approchez Mesdames et Messieurs ! http://libredagir.fr/approchez-mesdames-messieurs/ http://libredagir.fr/approchez-mesdames-messieurs/#respond Fri, 16 Jun 2017 10:45:09 +0000 http://libredagir.fr/?p=3293 La fin du P.S. ?

Par Erik Tartrais

Cet article Approchez Mesdames et Messieurs ! est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/approchez-mesdames-messieurs/feed/ 0
Faites la chasse aux cosmétiques toxiques http://libredagir.fr/chasse-aux-cosmetiques-toxiques/ http://libredagir.fr/chasse-aux-cosmetiques-toxiques/#respond Thu, 15 Jun 2017 10:45:19 +0000 http://libredagir.fr/?p=3285

Se laver, se maquiller, se raser, se parfumer... Voilà des gestes à première vue anodins. Détrompez-vous ! Vous êtes exposé au quotidien à des substances aux noms obscurs. Il vous faudrait un bac+5 en chimie pour comprendre tout ce que vous inhalez, avalez, absorbez par tous les pores de votre peau.

Vous n'êtes pas naïf : vous aspirez à des produits dont la composition ne ressemble pas à un dictionnaire de latin. Les fabricants l'ont compris et tendent vers un allègement de leurs formulations. Il n'empêche que vous trouvez encore beaucoup trop de substances indésirables dans vos produits favoris. Et quand je dis "indésirables", je pèse mes mots ! Agents cancérigènes, reprotoxiques, perturbateurs endocriniens... et que sais-je encore !

Alors, allez-vous continuer à vous enduire de crème hydratante sans vous préoccuper des effets indésirables ou allez-vous faire le ménage dans votre salle de bain ? Pour cela, trois étapes : déchiffrer, choisir et bannir.

Il faudra déchiffrer le charabia des fabricants

Non, je ne vais pas vous conseiller de tout jeter. Adieu mousse, onctuosité, haleine fraîche et peau douce ! Bonjour cheveux secs, yeux gonflés et vergetures... J'arrête là pour les réjouissances. Je ne suis pas dans un magazine féminin. Et non, je ne vous parlerai pas de la dernière crème miracle dont j'ai fait l'acquisition récemment ; vous savez, celle dont on parle dans tous ces magazines où il n'y a rien à lire à part... la publicité.

Ah, la publicité ! Elle fait des miracles, mais retournez donc vos tubes, vous aussi messieurs, et apprenez à lire avant d'enduire votre corps. Depuis 1999, la réglementation européenne impose aux fabricants de cosmétiques de lister sur les étiquettes l'intégralité des ingrédients. Bien qu'utiles, les termes que vous lisez sont bien souvent du chinois, enfin du latin... indéchiffrables pour la plupart d'entre nous.

On vous prend pour des gogos. Le secret industriel en rajoute une couche en matière d'opacité : rien sur la concentration, l'origine ou le mode de fabrication des ingrédients.

Retenez quand même ceci :

  • les extraits de plantes sont en latin ;
  • les substances chimiques ou d'origine naturelle mais transformées par un processus chimique sont en anglais ;
  • les molécules parfumantes sont regroupées sous l'appellation "parfum", "fragrance", ou "aroma" sans obligation de détails ;
  • les colorants sont notés CI (color index), suivi d'un numéro.

Ne vous découragez pas face au nombre vertigineux d'ingrédients. En moyenne, c'est trente. Légalement, pas de minimum, pas de plafond. Le seul repère : la liste par ordre décroissant de présence dès lors que la concentration excède 1%. Et là, vous réalisez que votre super crème hors de prix promettant de vous faire une peau de bébé a pour principal composant l'eau. Vous conviendrez que l'eau du robinet est bien plus abordable...

Je vous épargne les abréviations (BHT, BHA, PEG, PPG...). Il faut bien voir que la réglementation autorise des produits indésirables, avec plusieurs conséquences comme la pollution de l'environnement, une toxicité avérée pour l’homme ou des effets allergisants.

Il faudra choisir : avec ou sans...

Les bulles sont agréables mais synonymes de détergents (sodium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate...). Sans bulles, les pains et gels surgras (glycérine obtenue par saponification) nettoient et restaurent le film hydrolipidique de la peau.

Les conservateurs sont inévitables, mais attention à certains parabens soupçonnés d'être des perturbateurs endocriniens. Optez pour le sans paraben, mais pas remplacé par le phenoxyethanol, qui présente des risques pour le foie et la reproduction.

L’onctuosité, obtenue par des produits dérivés de la pétrochimie, ça fait tout de suite moins envie, non ? C'est du plastique que l’on retrouve dans notre chaîne alimentaire (poisson, miel). Le biodégradable existe : la glycérine. L'Europe a créé un nouveau label garantissant un faible impact sur l'environnement : Cosmos.

Le parfum, c'est agréable : limonene, linalool, farnesol, geraniol, benzyl salicylate peuvent vous irriter. Ils sont aussi présents dans certains produits bio. C'est à vous de voir, l'absence de parfum ne signifie pas que le produit ne sent pas bon.

Il faudra bannir...

  • Les nanoparticules de titanium dioxide (ou dioxyde de titane), potentiellement cancérigènes.
  • Le tricoslan et le phenoxyethanol suspectés d'être des perturbateurs endocriniens.
  • Les sels d'aluminium soupçonnés de favoriser des pathologies neurodégénératives comme la maladie d'Alzheimer et impliqués dans certains cancers.
  • Les silicones.

Comment s'y retrouver dans tous ces produits ? Pas simple mais pas impossible. Je vous dirai que chacun d'entre vous possède sa propre nature. La moindre réaction (rougeur, sécheresse, tiraillement...) doit vous inciter à repérer ce qui, dans la composition du produit, vous fait réagir. Vous trouverez assez rapidement ce que vous devrez bannir à l'avenir.

Pour poursuivre dans votre quête de produits "sains", choisissez ceux dont la liste des composants est courte. Un exemple : le savon de Marseille, le "vrai", a une forte teneur en huile d'olive (autour de 70%), pas d'additif, pas de parfum, pas de colorant. Facile à trouver.

Levez le pied sur la consommation de gel douche, d'après-shampooing, de parfum, de masques en tout genre.

Il faudra connaître les labels écologiques, et ils sont nombreux. Je vous propose un tableau récapitulatif à la fin de cet article.

Pour finir, je vous parlerai de la tendance slow cosmétique. Pas la peine de multiplier les références, les marques et les produits. Tout est question de dosage, y compris dans vos armoires à pharmacie. Tout peut tenir dans une main : un savon, une hydratation, un dentifrice. Pour les adeptes du DIY (faites-le vous-même), votre réfrigérateur, votre garde-manger peuvent vous fournir tout ce dont vous avez besoin pour prendre soin de vous sans vous ruiner le porte-monnaie et la santé.

Et puis l'eau, autant la boire, vous vous hydraterez de l'intérieur et à moindre frais. Pour l'extérieur, des eaux florales peuvent suffire. La peau a ses propres mécanismes (fabrication de sébum, cicatrisation...) qu'il ne faut pas contrarier en décapant ou en y apposant des huiles ou des crèmes au quotidien. Vous pouvez vite passer d'un plaisir à une contrainte. Respirez et laissez votre corps respirer.

C'est à vous de voir ce qui vous convient. Prenez soin de vous !

Écolabel européen  Valorise la non-toxicité du produit pour l'environnement. Pas d'exigence quant à la nature ou à l'origine des ingrédients utilisés, hormis le caractère sensibilisant des parfums.
Écocert cosmétique bio et écocert cosmétique éco : organisme de certification indépendant Bio : au moins 95 % de végétaux dont au moins 10 % de bio.
Éco : au moins 50 % de végétaux dont au moins 5 % de bio.
Cosmebio cosmétique bio et cosmébio cosmétique éco : association de professionnels Bio : au moins 95 % de végétaux dont au moins 10% de bio.
Éco : au moins 50 % de végétaux dont au moins 5 % de bio.
Même remarque que pour Écocert.
Recours aux OMG prohibé, ainsi que tout ingrédient issu de la pétrochimie.
BDIH : le Bundesverband der Industrie und Handelsunternehmen est l'association fédérale des entreprises allemandes pour les médicaments, les produits diététiques, les compléments alimentaires et les soins corporels. Le contrôle est effectué par un organisme indépendant : l’International Organic and Natural Cosmetics Corporation (IONC). Une dose variable de bio inscrite sur l'emballage.
Si pas mentionné, 95 % des végétaux sont d'origine biodégradable.
Aucune pétrochimie.
50 % maxi de produits estérifiés ou de matières premières hydrogénées.Une liste positive de 690 ingrédients sur plus de 20 000 répertoriés considérés comme non problématiques.
Soil Association Organic (SAO) et Soil Association (SAA) : labels britanniques très exigeants, qui indiquent le mode de production respectueux de l'environnement, avec des contrôles fait par un organisme accrédité par le gouvernement britannique. SAO : au moins 95 % de végétaux issus de l’agriculture bio.
SAA : ingrédients naturelles pas forcément bios.
Ni engrais artificiels, ni pesticides chimiques, ni organismes génétiquement modifiés, ni nanotechnologies.
Aucun paraben, produit pétrochimique, parfum de synthèse ou huiles hydrogénées.Peu de références disponibles en France, dommage !
Nature et Progrès : fédération d’agriculteurs et de consommateurs œuvrant pour la promotion de l'agriculture bio depuis 1964.

Les contrôles sont faits par l'organisme et des indépendants.

Ingrédients végétaux bios.
Interdiction de l'huile de palme et de ses dérivés, sauf rares exceptions. Nanoparticules de dioxyde de titane et d'oxyde de zinc prohibées.Une gamme non bio mais avec un cahier des charges exigeant.
Natrue : ONG européenne engagée dans la promotion des cosmétiques naturels et bios.

Certificateurs indépendants.

Bio : au moins 95 % d'ingrédients naturels issus du bio.
En partie bio : au moins 70 %.
Naturel : avec des seuils minimaux d'ingrédients naturels ou maximaux d'ingrédients transformés d'origine naturelle.Une identification claire de la proportion des végétaux bios et une grande exigence en matière de produits non transformés.

Cet article Faites la chasse aux cosmétiques toxiques est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/chasse-aux-cosmetiques-toxiques/feed/ 0
Pourquoi le don manuel d’actions est un bon plan patrimonial et fiscal http://libredagir.fr/don-manuel-dactions-plan-patrimonial-fiscal/ http://libredagir.fr/don-manuel-dactions-plan-patrimonial-fiscal/#respond Wed, 14 Jun 2017 10:45:20 +0000 http://libredagir.fr/?p=3278 don d'actions

Quand il s'agit d'aider ses enfants ou de leur transmettre un peu de son patrimoine, on pense souvent à l'argent avant tout.

Mais on n'exploite pas assez les avantages que recèlent les donations d'actions, plus précisément sous la forme de don manuel. C'est, en effet, un moyen simple pour diminuer l'imposition sur les plus-values !

La longue tradition du don manuel

Pour la petite histoire, sachez que le don manuel est un héritage du droit romain, le "tradition", qui consistait à donner quelque chose, de la main à la main. Il y avait donc un transfert de propriété, sans autre formalité. Cette notion est ensuite devenue "tradition réelle" dans le droit français et est désormais désignée, dans le Code civil, sous l'expression "remise de la chose".

Voici donc le principe de base du don manuel, tel qu'il est envisagé par la loi : il doit traduire une intention libérale et résulter en un appauvrissement irrévocable du donateur, contre acceptation et enrichissement du donataire. Et il doit être réalisé du vivant du donateur. Il est couramment utilisé pour donner de l'argent, ainsi que des bijoux, des objets et meubles de famille…

Mais cette donation peut aussi porter sur des titres financiers et donc des actions : "Les valeurs mobilières peuvent faire l'objet d'un don manuel par un simple virement du donateur au nom du donataire" (Cass. Com., 21 janvier 2004, n° 00-14211). La loi valide donc le transfert de propriété des actions le jour où elles sont inscrites sur le compte-titres du bénéficiaire du don.

Subtilités fiscales

Le don manuel est-il taxable ?

Voici la réponse que donne le fisc : "Il est taxable dès lors que le fisc en découvre l'existence !"

Alors, comment peut-il le découvrir ?

  • Le don manuel n'a pas besoin de se faire devant un notaire. Mais, dans le cas où le donataire préfère l'enregistrer par un acte notarié, l'administration fiscale en prend alors connaissance.
  • Le bénéficiaire peut aussi le déclarer (on dit d'ailleurs révéler) de lui-même au fisc, volontairement ou moins volontairement, s'il est découvert à l'occasion d'un contrôle fiscal.
  • Le don peut également être constaté lors d'une décision de justice.
  • Enfin, il est déclaré selon la règle du rappel fiscal de la donation antérieure, lorsque le donataire hérite ou reçoit une nouvelle donation du même donateur.

Si vous décidez de déclarer votre don, vous serez alors soumis aux droits de donation. Le calcul de l'impôt se fait alors sur la base du cours des actions au moment de la donation.

[Succession, donation : faites le point avec notre spécialiste et découvrez en plus un moyen d'échapper à la grande purge du fisc ! Toutes les explications ici...]

Une astuce pour purger ses plus-values

J'entends d'ici ce que vous pensez : pourquoi déclarer volontairement cette donation, puisque la loi ne m'y oblige pas ?

Plusieurs raisons à cela.

Premièrement, déclarer votre don vous permettra de bénéficier des exonérations d'impôts auxquels vous avez droit lorsque que vous réalisez une donation en faveur de vos enfants (dans la limite des conditions en vigueur).

Deuxièmement, cela constitue l'occasion d'effacer vos plus-values !

En effet, si le don est déclaré, lorsque votre enfant voudra vendre les actions, la valeur de départ prise pour calculer les plus-values sera celle de la révélation du don au fisc, et non pas la date depuis laquelle vous possédiez vous-même les titres.

L'opération est donc très avantageuse si vous avez des titres sur lesquels vous enregistrez de forts gains. Il est beaucoup plus intéressant de les transmettre à vos enfants et qu'ils se chargent ensuite de les vendre eux-mêmes, plutôt que de les vendre vous-même pour ensuite leur donner de l'argent.

Attention toutefois à bien faire ses déclarations fiscales dans les formes, comme l'a expliqué il y a un an, dans le journal Les Echos, Sylvie Lerond, avocat counsel, responsable du département du droit du patrimoine, CMS Bureau Francis Lefèvre : "Pour que la valeur des actions au jour de la révélation du don soit prise en compte, la déclaration de don manuel doit être effectuée avant la cession des titres génératrice de l'impôt de plus-value."

Sachez que les obligations peuvent elles aussi faire l'objet d'un don manuel. En revanche, gare aux magouilles. Je vous rappelle que les dons sont définitifs et non temporaires. Pas question donc de donner des actions à ses enfants afin de purger ses plus-values, pour ensuite les récupérer.

Cet article Pourquoi le don manuel d’actions est un bon plan patrimonial et fiscal est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/don-manuel-dactions-plan-patrimonial-fiscal/feed/ 0
Intégrez le réseau d’entraide et de partage local Smiile http://libredagir.fr/integrez-reseau-dentraide-de-partage-local-smiile/ http://libredagir.fr/integrez-reseau-dentraide-de-partage-local-smiile/#respond Tue, 13 Jun 2017 10:45:15 +0000 http://libredagir.fr/?p=3273 entraide locale

Si, comme moi, vous vivez en ville, vous avez forcément des voisins. Dans votre immeuble, votre rue, votre quartier. Des personnes que vous croisez, sans jamais échanger le moindre mot. Et c'est dommage car vous pourriez vous rendre bien des services.

Vous percevez le potentiel de ces rencontres sans savoir comment vous y prendre pour les provoquer ? Rejoignez le réseau social Smiile, qui vous permettra de vous connecter les uns avec les autres et vous proposera des solutions concrètes pour faciliter l'acte de partage au quotidien.

Smiile, amplificateur de mieux vivre ensemble

Smiile a été lancé en Bretagne, en 2014, sous le nom de Mon P'ti Voisinage. Rejoindre la plateforme, c'est se tourner vers les autres et entrer en interaction avec son environnement. C'est collaborer, participer, agir pour mieux vivre ensemble. "Smiile est un réseau social d'entraide et de partage, basé sur une mise en relation ultra locale, explique Morgane Hemery, responsable marketing de la start-up. L'idée est de réunir tous les acteurs de la vie locale - habitants, collectivités, commerces, associations, acteurs collaboratifs - sur une seule et même plateforme et de favoriser les partages, les mutualisations et les rencontres."

René P. possède et met à disposition la perceuse visseuse dont vous aviez besoin. Il habite à deux rues de votre appartement ! Michèle B. fait chaque matin en voiture le même trajet que vous pour se rendre au travail et accepterait volontiers un passager. Parfait !

Smiile compte aujourd'hui près de 250 000 adhérents en France et propose 80 000 offres de services entre voisins (matériels, achat groupé d'alimentaire, d'énergie, alerte perte de chat, recherche de producteurs locaux...).

Développez les liens humains

Créer ou recréer un esprit village, aller frapper à la porte de son voisin, lui parler en toute confiance. Apporter du sens à la vie locale. C'est cela Smiile. "Auparavant, on habitait dans un village ou une ville, on n'en bougeait pas et on pouvait profiter d'un tissu social fort, analyse Morgane Hemery. Aujourd'hui, on se retrouve parachuté dans une nouvelle ville pour les études ou un nouveau travail et l'isolement est parfois difficile à gérer. L'idée est de créer le déclencheur de la rencontre et  d'organiser la mutualisation des objets, des services, du temps..."

Smiile permet de se connecter plus facilement aux habitants, mais aussi de mieux connaître son quartier et notamment les petits commerçants et producteurs qui méritent tout votre soutien. Ils sont de plus en plus nombreux à s'inscrire sur Smiile pour présenter leurs activités et se faire connaître. Vous ignoriez l'existence du primeur à deux rues de chez vous ? La prochaine fois que vous souhaitez acheter des nectarines et des abricots, passez le voir !

Faites des économies

Sur Smiile, 78 % des produits ou services sont proposés gratuitement. Et plutôt que d'acheter une plancha dont vous n'aurez besoin qu'une fois cet été, empruntez-la à votre voisin. En échange, vous l'aiderez peut-être à réserver ses billets d'avion sur Internet (facile pour vous, mais un vrai calvaire pour lui !).

Et que les plus soigneux et prévoyants d'entre vous se rassurent, Smiile travaille actuellement sur un dispositif permettant de vous proposer une assurance (à la charge de la start-up pour les prêts gratuits et du particulier pour les locations).

Le covoiturage, favorisé par la plateforme, peut également représenter une source importante d'économies. "Le trajet en voiture domicile-travail est un poste important de dépense dans le ménage, souligne Morgane Hemery. Je fais tous les jours l'itinéraire Rennes-Saint-Malo et sans covoiturage mon budget transport serait multiplié par trois ou quatre !"

Les achats groupés représentent eux-aussi une manière judicieuse de réduire les frais. Il est évidemment plus facile de négocier de meilleurs tarifs lorsque l'on est plusieurs. "Smiile permet de lancer une proposition d'achat groupé auprès de ses voisins et d'avoir leurs coordonnées, indique Morgane Hemery. Cela peut se révéler très intéressant pour l'électricité, le bois de chauffage ou encore les granulés. Nous travaillons actuellement sur la mise en place de cagnotte en ligne, afin de simplifier la démarche au maximum."

Participez à la préservation de l’environnement

Rejoindre le réseau Smiile, c'est aussi agir en faveur du développement durable. C'est faire le choix de l'emprunt plutôt que de la surconsommation, à l'origine de l'inquiétante multiplication des déchets. C'est aussi contribuer à la réduction des gaz à effet de serre, grâce au covoiturage.

Comment adhérer au réseau social Smiile ?

La procédure est classique (il faut créer un compte) à un détail près : vous allez devoir justifier de votre identité. Pour cela, trois moyens sont mis à votre disposition : la validation de votre profil par des voisins déjà présents sur la plateforme et qui vous connaissent, l'envoi d'un justificatif de domicile scanné ou une carte postale, expédiée à votre adresse et contenant un code (coût : 1,50 euro).

Pour ma part, j'ai opté pour la seconde solution.

Sachez que l'inscription est totalement gratuite et que Smiile ne touche pas de commission sur les mises en relation. Comment la start-up se finance-t-elle ? Grâce à des partenariats conclus avec des collectivités, des acteurs de l'habitat (bailleurs sociaux) mais aussi avec des services collaboratifs comme le crowfunding (les projets de Bulb in Town sont par exemple proposés sur la carte d'un quartier concerné).

Vous savez ce qu'il vous reste à faire pour avancer main dans la main avec vos voisins et trouver l'une des nombreuses clés du bonheur.

Cet article Intégrez le réseau d’entraide et de partage local Smiile est apparu en premier sur Libre d'agir.

]]>
http://libredagir.fr/integrez-reseau-dentraide-de-partage-local-smiile/feed/ 0