Entreprendre

Comment j’ai monté la première entreprise qui m’a rapporté des millions

idées entreprise riche
Ecrit par James Altucher

Toute ma vie, j’ai eu l’impression d’être un chien errant, jusqu’à ce que j’arrive à survivre au milieu de la jungle.

J’ai été terrassé. J’ai été fauché. Je me suis séparé. J’ai été terrifié et isolé.

Partout où je regardais, je ne comprenais pas pourquoi les gens arrivaient à sourire. Je me disais qu’ils faisaient semblant. Il m’a fallu énormément de temps pour comprendre : mais à présent, j’ai compris.

Pourquoi les idées sont-elles la nouvelle monnaie du XXIe siècle— un siècle déjà caractérisé par des monnaies qui déclinent et un marché de l’emploi plus volatil ?

Qu’est-ce que cela veut dire ? Que vous devez en savoir plus (en faire plus) et penser constamment à de nouvelles idées pour ne pas uniquement survivre au sein de cette nouvelle économie, mais y prospérer et avancer.

Au sein de cette économie de l’innovation, il y a un lien direct entre les bonnes idées et la richesse.

Il était une fois Mark Zuckerberg … Un jour, il eut une bonne idée… Aujourd’hui, cette bonne idée s’appelle Facebook et elle vaut plus de 500 Mds$.

Jack Dorsey a eu une bonne idée, lui aussi : il a trouvé une manière de sauver une société de podcasting en difficulté. Ce n’était même pas le produit principal de sa société, c’était un projet annexe. A présent, nous connaissons tous cette idée : elle s’appelle Twitter, et Dorsey (ainsi que beaucoup d’autres) est milliardaire.

C’est ce que je veux dire, lorsque je parle d’économie de l’innovation. Tout tourne autour de la conception de bonnes idées, de leur exploitation et de leur commercialisation.

Il s’agit de créer votre propre avenir.

Le fondateur de PayPal, Peter Thiel, qui a investi dans Facebook dès le début, me l’a fait remarquer en racontant que le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, avait refusé l’offre de rachat émanant de Yahoo, en 2006, qui s’élevait à un milliard de dollars. Zuckerberg aurait pu empocher 250 M$ cet été-là. Thiel, qui conseillait également Zuckerberg à l’époque, voulait qu’il accepte – ou du moins qu’il envisage d’accepter. Zuckerberg s’est décidé en dix minutes, et ce fut un « Non ». Comme le dit Peter, pour Mark, les idées avaient plus de valeur que l’argent.

Tout le monde ne va pas créer Facebook. Cela ne m’arrivera jamais. Mais tout le monde peut avoir de bonnes idées, générer de l’abondance et profiter de la richesse qui en découlera.

Beaucoup de gens sont esclaves des idées. Ils sont payés pour travailler de 9 heures à 17 heures, voire plus, et se contentent de travailler sur les mauvaises idées des autres.

Or pour l’être humain, ce n’est pas l’ordre naturel des choses. Nous avons besoin d’explorer. Nous sommes curieux. Nous voulons nous adapter constamment à de nouveaux environnements et utiliser cette partie de notre cerveau qui a évolué, précisément pour que nous puissions créer de nouvelles œuvres d’art ou de nouvelles productions.

Mais un siècle de corporatisme nous a fait croire que si nous faisions simplement notre devoir et que nous grimpions les échelons, alors la récompense serait au bout du chemin.

Ce n’est pas vrai.

Une telle loyauté des entreprises à l’égard des employés n’a jamais existé et tout espoir s’envole définitivement alors que l’on doit faire face à un monde nouveau. Si vous ne créez pas vos propres idées et que vous ne travaillez pas pour vous-même, vous êtes esclave des idées des autres et vous vous laissez distancer.

J’ai retenu cette leçon il y a longtemps, lorsque je travaillais encore chez HBO. Au départ, j’avais été engagé pour faire de la programmation informatique de base (esclave des idées des autres), mais ensuite j’ai commencé à leur donner des idées pour leurs sites web.

Ils me chapeautaient toujours mais j’ai pu devenir ce que j’appelle un « entre-ployé » (entrepreneur-employé) en travaillant sur de bonnes idées sous la houlette d’HBO. Ainsi, j’ai gagné plus d’argent, je me suis un peu amusé et j’ai eu des promotions : mais je n’étais toujours qu’un employé.

Alors, j’ai décidé de faire la seule chose que je savais faire, et la seule chose qui ne m’ait jamais rapporté de l’argent, et de les associer. Et donc, j’ai créé quelque chose de nouveau. J’adorais les entreprises liées à Internet car j’en avais déjà créé une, que j’avais revendue.

Et j’adorais les activités financières. Alors j’ai choisi une activité en ligne axée sur la finance.

J’ai créé la structure du site puis payé une société indienne pour qu’elle s’occupe du design du site. Cela m’a coûté 500 dollars. Ensuite, j’ai pris ce document, qui n’était à ce stade que l’interprétation visuelle de mon idée, et j’ai demandé à une autre société indienne de le coder et d’en faire un site Internet réel et fonctionnel. Cela m’a coûté 2 000 dollars de plus.

Et les affaires ont pu commencer.

J’ai posté des publicités sur chaque page, décroché un million d’utilisateurs par mois, et tout cela sans aucun employé. Donc la société a été rentable. En quatre mois environ, nous avons gagné 100 000 $ par mois sans aucun salarié. (Et comme j’ai eu peur de transformer cela en grande entreprise, j’ai vendu le site presque aussitôt).

Mais ce qu’il faut retenir c’est que mon site, Stockpickr, a débuté sur une bonne idée et que l’entreprise s’est développée et est devenue rentable rapidement.

J’ai dû apprendre ce que je faisais tout au long du parcours. J’ai dû notamment découvrir comment développer l’audience du site. Mais, au bout du compte, cela m’a rapporté très gros.

A propos de l'auteur

James Altucher

Laissez un commentaire