Bien-être Santé

Initiez-vous au yoga dans l’eau

Yoga dans l'eau
Ecrit par Maya Dujardin

Sans doute avez-vous lu le récent article de Meriem Saïdi : « Le thermalisme, une médecine alternative qui marche ». Je vous propose de garder votre tenue de bain et de rester, encore un peu, dans l’élément aquatique.

J’entends en effet de plus en plus parler de la pratique du yoga dans l’eau. À commencer par ma professeure de yoga, Isabelle Mélin-Daniau, qui propose régulièrement des séances dans un bassin chauffé. « J’ai commencé cette pratique il y a plusieurs années, dans les thermes de Vals, en Suisse, raconte-t-elle. Un magnifique temple de l’eau, de la pierre, de la lumière, créé par l’architecte Peter Zumthor. Nous faisions un travail sur les mantras et les sons, en nous servant de la résonnance des lieux, mais aussi sur la respiration, en descendant sous l’eau – entre 32-36 degrés – et en coordonnant le geste et le souffle. »

Le prix du séjour s’est depuis envolé et il n’est plus vraiment question de se rendre à Vals, comme autrefois. Mais, pour Isabelle Mélin-Daniau, l’envie et le besoin de pratiquer dans l’eau se sont précisés. Elle organise donc souvent des ateliers d’une heure, dans un bassin à 28-30 degrés, à Paris. « Les postures se font plutôt debout, dans une recherche délicate de l’équilibre. »

Puce Les bénéfices de la pratique du yoga dans l’eau

Réaliser des postures de yoga sur la terre ferme et dans l’eau procure évidemment des sensations très différentes.

L’eau permet de réaliser les différentes positions ou asanas avec plus d’aisance et de fluidité (et réduit donc le risque de vous blesser !). Dans l’eau, vous pouvez atteindre un grand niveau de relâchement du corps, effectuer des enroulements que vous ne feriez pas lors d’une séance classique, sur un tapis.

Les personnes obèses trouvent d’ailleurs dans l’eau une alliée insoupçonnée. « Il y a quelques mois, j’ai pratiqué le yoga dans l’eau avec une femme souffrant d’un surpoids important, témoigne Isabelle Mélin-Daniau. Elle a fondu en larmes au bout de 20 minutes : dans cet élément, elle n’était pas gênée par son poids et jouissait d’une souplesse et d’une légèreté toutes nouvelles. De plus, l’eau représentait pour elle une enveloppe très maternante, rassurante. Elle s’y sentait réellement bien. Ce fut un très beau moment de lâcher-prise et d’émotion. »

Le yoga dans l’eau présente également l’avantage de nettoyer le corps et ce, très rapidement. « Après seulement deux jours dans les thermes, nous perdions presque une taille, se souvient Isabelle Mélin-Daniau. C’était très impressionnant. La douce résistance de l’eau occasionne en effet une fluidification très particulière du corps. Ce dernier est vite nettoyé de tout ce qui peut l’engoncer. »

La pratique du yoga, debout dans l’eau, permet aussi de travailler tous les muscles profonds et de les solliciter différemment.

Lors des phases d’assise au fond du bassin, il est possible de réaliser un travail très intéressant sur l’expiration. Petit à petit, l’endurance progresse. Et la confiance s’installe.

Enfin, l’eau est un élément très engageant. « Il arrive que les personnes pratiquant le yoga dans l’eau fassent inconsciemment le lien avec le liquide amniotique et la vie dans le ventre de leur mère », analyse Isabelle Mélin-Daniau.

 

Puce Pratiquer seul, en conscience

Je vous invite donc à tester le yoga dans l’eau. En vous inscrivant à un atelier, mais aussi tout seul, quand l’occasion se présentera. La saison des bains de mer n’est plus si loin !

« L’été, lorsque je vais en Bretagne, je marche dans l’eau, en conscience, explique Isabelle. Je déroule un pied puis l’autre, je sens le sable au contact de ma peau. Le niveau de l’eau monte peu à peu. Jusqu’aux mollets, aux genoux, aux cuisses, aux hanches… Au fur et à mesure, mon mouvement se ralentit, éprouvé par la résistance de l’eau et je fais davantage appel à mes bras, pour continuer mon chemin. Le mouvement est dynamique, adapté à la température fraîche de l’océan breton. »

Vous pouvez également vous mettre en position debout, jambes mi- fléchies (comme au tai-chi, si vous en faites). Inspirez, tout en ouvrant les bras dans l’eau, ouvrez la cage thoracique. À l’expiration, refermez les bras, réabsorbez le ventre. Concentrez-vous sur le moment présent, les sensations, la résistance de l’eau…

Si vous êtes avec votre compagnon, votre compagne ou un ami, pratiquez à deux ! Demandez à votre partenaire de se laisser flotter sur le dos. Guidez-le par les pieds ou les bras, avec bienveillance et douceur. Échangez les rôles, dès que vous sentez que le moment est venu.

[Argent, santé, conso, retrouvez tous les conseils de nos spécialistes pour reprendre votre vie en main dans un document inédit ! Plus d’infos ici…]

 

 

 

A propos de l'auteur

Maya Dujardin

Laissez un commentaire