Survivalisme

Into the Wild ou comment j’ai survécu une semaine dans une région sauvage

Ecrit par Jason Hanson

La semaine dernière a été difficile, je ne vais pas vous mentir…

J’ai passé la semaine entière en pleine nature. Je n’avais pas de téléphone portable avec moi. Je n’avais pas non plus de tente ni de sac de couchage. J’ai dormi entre deux heures et trois heures par nuit, j’ai dépassé les 38 km par jour et j’ai mangé très peu toute la semaine. Quand je suis rentré à la maison, la balance indiquait que j’avais perdu 4 kilos, même si j’avais l’impression d’avoir perdu beaucoup plus.

Dans un instant, je vais vous dire pourquoi je suis parti dans une région aussi sauvage, mais d’abord, je voudrais partager avec vous certaines des leçons que j’ai apprises, afin que vous puissiez bénéficier de mon expérience sans avoir à vous torturer comme je l’ai fait.

Leçon n°1 : aller aux toilettes n’est jamais de tout repos dans la nature. J’ai passé la semaine entière à utiliser des feuilles pour m’essuyer. Je vous recommande fortement de garder un rouleau de papier toilette dans tous les véhicules que vous possédez au cas où vous seriez bloqué. Aussi, ayez du papier toilette supplémentaire stocké dans votre maison uniquement pour les urgences.

Leçon n°2 : j’étais à environ 3 000 mètres de hauteur dans les montagnes du sud de l’Utah. La nuit, tout était gelé. Je devais me lever toutes les 30 minutes pour faire des sautés ou courir sur place juste pour conserver ma chaleur. Comme devoir se soulager dans les bois, avoir froid est vraiment pénible. Assurez-vous d’avoir des sacs de couchage à la maison pour votre famille entière au cas où le chauffage tomberait en panne en plein hiver. De plus, gardez des vêtements chauds dans votre véhicule. Enfin, je recommande d’acheter un chauffage de camping au propane (ou plusieurs) pour votre domicile, en cas d’urgence (j’en possède quatre).

Leçon n°3 : un bon couteau de survie est l’élément le plus précieux que vous puissiez avoir sur vous. Je suis parti en pleine nature avec presque aucun matériel, sans allumettes et sans briquet. Mais j’ai pu fabriquer un foret à archet (sorte de dispositif archaïque avec du bois et de la corde permettant d’utiliser la friction pour générer des braises) et commencer un feu à l’aide de mon couteau. Je l’ai également utilisé pour une douzaine d’autres tâches (y compris manger, en me servant comme d’une cuillière), et ça a toujours très bien fait l’affaire.

Leçon n°4 : pendant ma semaine en milieu sauvage, j’ai parcouru plus de kilomètres que je ne pouvais en compter, j’ai donc atterri dans un environnement différent chaque nuit. Partout où je me suis retrouvé, l’une des choses les plus pénibles que je devais faire avant d’aller au lit était de mettre en place une couche de duvet comme matelas. Il peut être fait avec tout ce que vous trouverez : aiguilles de pin, feuilles, écorces… Ce matelas est mis en place entre vous et le sol pour vous réchauffer. Une des meilleures nuits de repos que j’ai eue c’était lorsque j’ai fait une couche d’environ 50 cm de duvet sur le sol pour dormir.

Leçon n°5 : je n’avais pas de GPS ou de téléphone pour me guider, de sorte que la seule manière que j’avais de me repérer, c’était d’utiliser une carte papier de la région. Ce que vous devez retenir, c’est que vous devriez toujours avoir une carte papier de votre région dans votre maison et dans votre voiture au cas où vous seriez forcé d’évacuer et que vous deviez déterminer d’autres voies d’évacuation. Vous devez également savoir comment la lire. La triste vérité est que si je donnais à la plupart des jeunes de 20 ans une carte papier, ils ne sauraient pas comment l’utiliser.

Leçon n°6 : pendant une semaine, je me suis essentiellement nourri d’un mélange « spécial randonnée » et d’avoine. Comme je l’ai mentionné plus tôt, j’ai perdu 4 kilos, mais rappelez-vous, le corps humain est résilient. La plupart des gens peuvent survivre 30 jours sans nourriture. Cependant, mourir de faim est loin d’être amusant, alors assurez-vous d’avoir en réserve suffisamment de nourriture pour votre famille afin que vous puissiez bien manger en cas d’urgence.

Leçon n°7 : le premier aspect de la survie est votre mental. Je n’ai jamais été le garçon le plus rapide, le plus intelligent ou le plus fort, mais mentalement, je suis une montagne. Bien sûr, il y avait des moments durant la semaine où je voulais arrêter et m’en aller, mais je savais qu’il en était hors de question. C’est comme lorsque je m’entraînais avec la CIA, il y avait de grands joueurs de football qui ont jeté l’éponge, mais pas moi. Vous pouvez avoir beaucoup de nourriture et le meilleur équipement au monde, si vous n’êtes pas préparé mentalement, vous ne tiendrez pas longtemps.

Quand je suis rentré chez moi samedi soir, je me sentais reconnaissant de pouvoir prendre une douche et me coucher dans un lit qui n’était pas fait de roches et de fourmis rouges. J’ai mangé une pizza entière pour le dîner et j’ai dormi 13 heures cette nuit-là.

Si vous me demandiez si je me suis bien amusé, la réponse serait un non retentissant. Cependant, la vie n’est pas toujours censée être drôle. Je suis allé en pleine nature pour m’entraîner à la survie et en tirer des leçons essentielles pour garder ma famille (et la vôtre) en sécurité.

Une partie de mon travail est plus agréable, comme le fait de tester un drôle de sifflet [Pour le recevoir en cadeau et le tester à votre tour, c’est ici…], je sais qu’à moins de me pousser constamment, je ne serai pas préparé à affronter une véritable situation de survie le moment venu.

A propos de l'auteur

Jason Hanson

Laissez un commentaire