Entreprendre

Jeune, en CDD ou au chômage : ne baissez pas les bras. Financez vos projets !

Ecrit par Anne Harald

Vous le savez, nous ne sommes pas des adeptes du crédit bancaire, bien au contraire. Evitez les crédits qui plombent votre pouvoir d’achat…

Deux exceptions toutefois : l’emprunt pour devenir propriétaire, et l’emprunt « investissement » qui doit vous permettre de dégager une « rentabilité future » ou de financer un véritable projet d’avenir. Comme par exemple le lancement de sa propre entreprise. Ou des études supérieures.

Malheureusement, le contexte n’est pas toujours favorable. Si l’on veut créer sa société, c’est peut-être parce que l’on n’a qu’un emploi précaire. Si l’on veut faire une école de commerce coûteuse, c’est que l’on est jeune et probablement sans travail. En l’absence de CDI, est-il possible d’emprunter de l’argent ?

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Ne pas passer à côté de ses projets

« Les banques ne prêtent qu’aux détenteurs de CDI » vous dit-on. C’est vrai en matière de crédit immobilier, mais cela ne signifie pas que vous êtes exclu de tout emprunt si vous ne possédez pas ce précieux sésame. Il existe des solutions diverses pour financer vos projets, en particulier s’ils ont un objectif professionnel.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Vous êtes un futur entrepreneur ?

Adressez-vous à l’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique). Elle finance, par le biais de micro-crédits, les créations d’entreprise. Votre demande peut être faite directement en ligne. Ici, pas de discrimination, vous pouvez être chômeur, intérimaire ou en CDD, on examinera votre dossier et votre projet.

Les voies plus traditionnelles du prêt ne vous sont pas toutes fermées non plus, mais elles sont plus chères.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Vous êtes en CDD ou intérimaire ?

La Banque Postale est l’un des rares établissements bancaires à proposer un prêt dédié aux personnes en CDD ou intérimaires. Une offre qui vous coûtera cher — le TAEG (taux actuariel effectif global) donné en exemple sur leur site est de 8,36% –, mais qui bénéficie d’une certaine souplesse concernant les montants et dates de prélèvement des remboursements.

Autre option, passer par un organisme de crédit, comme Cetelem. Il a lui aussi sorti une offre dédiée aux CDD et intérimaires, ainsi qu’un prêt intitulé « Projet emploi ». Empruntez jusqu’à 10 000 euros et remboursez-les en 4 ans, à un taux de 8,90%. Cela peut être une solution pour débloquer du capital rapidement et lancer votre activité.

Il existe également des prêts ou aides d’organismes publics (CAF) et d’associations, mais elles sont dédiées aux plus démunis, faisant face à des situations de précarité et d’urgence. Ce ne sont pas des portes auxquelles taper pour financer un projet.

Si votre emprunt a pour but le lancement d’une société, ne négligez pas les opportunités que fournissent les concours pour entrepreneurs : sommes d’argent, hébergement gratuit, matériel informatique… Les prix sont variés et utiles. Vous en trouverez la liste et plus encore dans notre dossier spécial dédié à la création d’entreprise à paraître courant juin.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Ne pas arrêter ses études par manque d’argent

Tout le monde ne passe pas par l’université, et les écoles privées supérieures coûtent cher, très cher. En particulier les écoles de commerce. Pourtant, il serait dommage de ne pouvoir intégrer l’ESSEC à cause des frais de scolarité ou parce que l’on n’a pas les moyens de se payer un studio à côté du campus.

Face à ce problème, la réponse est le prêt étudiant. Vous pouvez utiliser la somme d’argent obtenue comme bon vous semble : pour payer l’école, le logement, un ordinateur… Le montant peut grimper jusqu’à 45 000 euros pour les meilleurs dossiers.

Qu’est-ce qu’un bon dossier ?

Il est lié à la qualité de l’école obtenue, c’est certain. Il est également plus facile de financer un mastère qu’une première année. Enfin, un petit job est apprécié. Mais, dans la réalité, études supérieures et emploi sont souvent incompatibles. La solution est alors d’avoir une caution bancaire, généralement ses parents.

Les grandes écoles de commerce ont souvent des partenariats avec des banques et proposent ainsi des taux avantageux — voire même un taux zéro — aux étudiants. N’hésitez pas à vous renseigner auprès de votre école.

Et si vous n’avez pas d’emploi ni de caution, tout n’est pas perdu pour autant. L’Etat peut se porter garant pour vous auprès des banques, à condition de remplir certains critères, liés notamment à l’âge ou à la nationalité. Le prêt garanti par l’Etat s’obtient auprès de certaines banques seulement : Société Générale, Banque Populaire, le CIC et certaines Caisse d’Epargne.

L’avantage du prêt étudiant est que vous choisissez la date de début de remboursement, par le biais d’une franchise de prêt. Evidemment, plus elle est différée, plus il vous en coûtera.

Création d’entreprise ou études supérieures, les portes du crédit ne sont donc pas fermées pour les plus volontaires, ceux qui investissent sur leur avenir.

A propos de l'auteur

Anne Harald

Laissez un commentaire