Argent

Jamie Dimon : « Le Bitcoin tue »

bitcoin tue
Ecrit par Chris Campbell

Parfois, quand les gens me demandent ce que je fais dans la vie, je leur réponds que je suis PDG d’une nouvelle monnaie, le Bitcoin. « Mais », leur dis-je, « je ne suis pas le seul ». Cela pique leur curiosité. Ils posent des questions importantes. À la fin de la conversation (ou au début, s’ils sont bien informés), ils me traitent toujours de gros menteur.

En parlant de gros menteurs…

Vous avez sans doute déjà eu vent des déclarations de Jamie Dimon au sujet du Bitcoin.

Pour résumer, selon Dimon : « C’est une arnaque. Il donne aux imbéciles, comme ma fille, l’impression d’être des génies. Quelqu’un finira par mourir. Je virerai quiconque y touchera. »

Bon, bien sûr, ce n’est pas une réaction totalement inattendue de la part d’un grand banquier. Le Bitcoin, après tout, comme Dimon lui-même l’a reconnu l’an dernier, cherche à lui couper l’herbe sous le pied.

Mais Dimon est un cas particulier : JP Morgan tente par tous les moyens (depuis 2013) d’adapter la « technologie Bitcoin » à son modèle économique actuel.

La chronologie des événements

Voici une idée de ce qui s’est passé jusqu’à maintenant…

2013 : JP Morgan dépose un brevet sur un système de paiement « semblable au Bitcoin ».

Sa demande est rejetée. Encore. Et encore (172 fois).

Avance rapide jusqu’à 2016 !

Jamie Dimon : les développeurs du Bitcoin « viennent pour nous couper l’herbe sous le pied« . « Mais ce n’est pas grave ! dit-il. C’est ce que l’on appelle la concurrence, et nous allons nous défendre. »

JPMorgan filing patent internet search

2017, premier trimestre : la blockchain va nous rendre plus riches encore. Le Bitcoin n’a pas la moindre chance. Qui a besoin d’un stupide brevet ?

JP Morgan, Santander said to join new Ethereum Blockchain group

2017, deuxième trimestre : attendez. Comment ça « voilà tout ce qu’il peut faire » ? Ah. Je vois. Le Bitcoin est une arnaque. Vous êtes tous des idiots. Je virerai quiconque s’en approchera.

Bitcoin is a fraud

Dimon est-il un génie du Bitcoin ?

L’idée que Jamie a fabriqué le krach de toute pièce pour faire baisser les prix n’est bien sûr qu’une théorie du complot en vogue dans la cryptosphère. Mais elle met en lumière un fait important.

Pour toute influence sur le Bitcoin, Jamie Dimon n’a que sa capacité à répandre du PID (peur, incertitude, doute). Il représente l’une des institutions bancaires les plus puissantes au monde – mais il ne détient qu’un pouvoir souple sur le réseau Bitcoin. Si le Bitcoin ne meurt pas (en emportant des gens avec lui dans la tombe), comme Dimon s’attend *publiquement* à ce que ce soit le cas, lui, un homme au sommet d’une institution centralisée, ne sera pas en mesure de faire concurrence à un programme logiciel réparti et auto-organisé.

Mais voilà…

Le krach de 2008 est encore un souvenir tout frais pour beaucoup de gens. Les « règles » du rêve américain n’ont plus aucune valeur. La confiance dans le système bancaire est au plus bas. Le Bitcoin représente donc une « couverture » face aux fraudes et aux excès évidents des Jamie Dimon du monde entier. Les oreilles attentives savent pertinemment qu’absolument rien n’a changé à Wall Street.

L’avènement des Alternatives

Bien sûr, le Bitcoin et les crypto-monnaies ne sont pas l’Alternative. Je les défends car ils constituent une alternative parmi d’autres. Je défends tout ce qui permettra de garantir votre souveraineté et celle de ceux qui vous entourent face aux hiérarchies arbitraires, de vous donner une liberté dans un monde qui n’est pas libre.

Mais je ne pense pas qu’il soit sage d’adopter sans aucune réserve une « société sans cash » sous prétexte que le Bitcoin remet en question le status quo actuel.

Les personnes qui suivent Laissez Faire Today depuis longtemps savent que je suis aussi un adepte des « monnaies locales » (une version hybride m’occupe également l’esprit).

L’argent est une technologie. Une technologie malléable. Il y a plusieurs manières de faire. Et plus on acquiert de l’expérience en matière de création et d’échange de valeur, plus on en apprend sur les méthodes permettant de rendre la monnaie générative plutôt que de lui permettre massivement de récompenser des dégénérés.

En vérité, rien n’a changé depuis la naissance du Bitcoin. Wall Street vend à nouveau de la dette toxique, et s’enrichit grâce à des actions qui le sont tout autant. Il n’est donc pas difficile de comprendre pourquoi Jamie Dimon refuse de dire du bien du Bitcoin.

C’est le protocole qui décide, et il est entièrement neutre. Ce n’est pas un banquier, ni un modèle subjectif totalement incapable de refléter la situation telle qu’elle est. Avec le Bitcoin, la carte ne représente pas le territoire. Le territoire existe, c’est tout.

Le Bitcoin et d’autres crypto-monnaies utilisent de l’énergie pour graver des vérités objectives dans le système. Comme le disait Orwell : « À une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. »

[Surtout n’achetez pas un Bitcoin avant d’avoir lu le message de notre spécialiste ! C’est important : lisez vite !]

A propos de l'auteur

Chris Campbell

Laissez un commentaire