Entreprendre Selection de la rédaction

Le grand défi du “nomadisme numérique” : cap’ ou pas cap’ ?

Cher Lecteur,

C’est drôle… de plus en plus d’amis autour de moi adoptent le mode de vie de Nigel qui nous relate aujourd’hui son expérience. A commencer par mon jeune frère. Ou encore cet ami de mon père qui a aujourd’hui plus de 70 ans et qui s’est installé il y a peu au Vietnam.

C’est tentant. A tout âge. Par goût de l’aventure et du voyage ; et parce qu’il y a tant à gagner en pouvoir d’achat.

La belle vie, sans se ruiner !
De plus en plus de retraités y songent… Aux Etats-Unis, c’est même devenu un sport national.

Embarquez avec Nigel… il va vous faire rêver quelques minutes ; mais ces quelques minutes pourraient devenir votre réalité si vous le décidiez.

Pourquoi pas ?
Bonne lecture

Isabelle Mouilleseaux
Libre d’Agir

_______________

Le grand défi du « nomadisme numérique » :
cap’ ou pas cap’ ?

Par Chris Campbell, Libre d’Agir

Je suis ce qu’on appelle un « nomade numérique » m’a dit un jour Nigel.

Nigel est anglais et vit à Bangkok depuis trois ans. Il gagne de l’argent en ligne grâce à diverses microentreprises.

Je l’ai rencontré en rentrant chez moi à pied il y a quelques jours.

J’étais à quelques pâtés de maison de mon appartement lorsque j’ai remarqué une longue rue pleine de bars, des lumières colorées… et beaucoup de passants.

Intrigué, je me suis dirigé dans cette direction.

Il s’avère que cette rue n’était nulle autre que Soi Cowboy.

Soi Cowboy, au cas où vous ne seriez pas au courant (comme moi hier), est le district des prostituées de Bangkok. A deux pâtés de maison à peine de mon appartement.

J’ai rencontré quelques personnages intéressants sur mon chemin.

Nigel n’était que l’un d’entre eux… mais c’était sans aucun doute l’un des plus intéressants.

« Pourquoi avoir choisi la Thaïlande ? » lui ai-je demandé

« D’une part », m’a-t-il répondu d’un ton qui m’a donné l’impression d’avoir posé la question la plus bête jamais posée, « ce n’est pas cher. »

« Et puis, je suis venu ici pour une visite d’une semaine, et je ne suis jamais reparti…

[Nigel boit une gorgée de sa bière]

Est-ce que ça répond à votre question ? »

« Oui. Oui à peu près. »

J’ai parlé à plusieurs étrangers qui ont sauté le pas et pris la décision de vivre en Thaïlande

Certains de ces expatriés, comme Nigel, restent ici parce que le pays correspond bien à leur style de vie et que leur argent y dure nettement plus longtemps. Pour la plupart des gens comme Nigel, Bangkok semble simplement être une étape de plus sur leur route.

Certaines des personnes avec qui j’ai parlé viennent ici par nécessité. Les circonstances de la vie les ont menés là.

D’autres ont choisi d’y prendre leur retraite. Ils ont décidé de passer le restant de leurs jours dans un endroit d’exception, où ils pourront faire durer leur pension un peu plus longtemps.

Quoi qu’il en soit, que ces personnes en soient conscientes ou non, elles effectuent d’une certaine manière ce que Nigel appelle un « arbitrage monétaire »

C’est la manière la plus maligne que je connaisse d’exprimer votre droit à la liberté.

L’arbitrage monétaire est une manière d’augmenter stratégiquement votre pouvoir d’achat (et votre patrimoine) en utilisant le levier des différences entre le coût des monnaies

La décision contrarienne par excellence

Voyez-vous, gagner plus d’argent et l’investir intelligemment sont deux manières d’augmenter votre patrimoine.

Vivre dans un endroit où la monnaie est faible (tout en gagnant de l’argent dans une monnaie forte) est une autre manière de procéder, parfois plus simple.

Si vous êtes en mesure de le faire, bien entendu.

En mélangeant ce concept et le raccourci des voyages, on a la solution : il suffit de se rendre dans des marchés plus faibles et garder bien au chaud nos billets forts pendant plus longtemps.

La vie, cher lecteur, est faite pour être vécue

Bien sûr, pour vivre pleinement, il faut parfois sortir de sa zone de confort. Certaines personnes s’autorisent simplement à stagner et à moisir…

Et, catastrophe entre les catastrophes, ils deviennent la pire des choses qui soit… indifférents.

Nous ne pouvons pas sortir de la page pour vous donner de l’élan.

Mais nous vous donnerons sans cesse les encouragements mentaux nécessaires pour vous permettre de vivre une vie plus pleine, plus satisfaisante et plus libre.

Vous pouvez compter sur nous.

C’est la raison pour laquelle je me suis assis à la table de quelques nomades numériques pour en apprendre davantage sur les meilleures régions où pratiquer l’arbitrage monétaire…

Si cela vous intéresse, voilà ce que j’ai appris.

J’ai également établi la liste de ces endroits de telle sorte que vous puissiez visiter chacun d’entre eux à la période la plus propice du point de vue du climat.

Si vous suivez ces brèves instructions, nous disent nos nomades numériques bangkokois, vous pourrez tirer parti au maximum de toutes les régions du monde.

Vous travaillerez à votre rythme, vous reposerez dans le luxe… et dépenserez à bas prix.

Ces conseils, d’ailleurs, ne concernent pas que ceux qui travaillent déjà en ligne…

Ils constituent également un guide précieux pour ceux qui souhaitent apprendre de nouvelles manières de gagner de l’argent sur Internet…

Beaucoup d’occasions en ligne, étant donné la nature du nomade numérique, se déplacent constamment. Mais il existe à tout instant des vortex, où les cerveaux se rassemblent — et gagnent beaucoup d’argent.

Voyez-vous, l’important n’est pas toujours d’avoir une excellente idée.

Il s’agit également de rencontrer beaucoup de personnes qui ont de nombreuses idées excellentes.

Et de les aider à les concrétiser.

Ces bases établies, nous avons mis au point un défi très spécial pour vous aujourd’hui.

Bon. Selon mes « initiés », si vous commencez en janvier…

Partez à Bangkok en Thaïlande.

De la nourriture peu coûteuse et délicieuse. Une météo fantastique. Des logements à bas prix. Des autochtones amicaux. Des mototaxis. Tout ce qui vous plaira.

Que voulez-vous de plus ?

En février/mars, rendez-vous à Medellin en Colombie…

Medellin est tristement réputée pour être une zone de guerre entre vendeurs de drogue.

C’est une perception négative qui joue dans votre sens : elle fait baisser les prix. Ne vous inquiétez pas : cette perception, selon mon confident, est tout à fait inexacte aujourd’hui.

Mais si l’environnement est en train de s’améliorer à vitesse grand V, la réputation de cette région en tant que zone dangereuse, elle, a la vie dure. En réalité, c’est une région très moderne, ses habitants sont très gentils, et elle offre une culture riche et vivante.

Un secret très bien gardé pour les nomades numériques les plus au courant.

Egalement à noter : la région n’est pas (encore) au programme de tous les tour-operators, donc vous avez du temps devant vous.

En avril, en route pour Buenos Aires en Argentine…

La vie à bas prix, une cuisine délicieuse (même si les végétariens pourraient quelque peu remettre en question ce point-ci)… des gens magnifiques où que se tourne le regard… et le tango !

Et, fait important pour le nomade, l’Argentine est dotée d’un excellent système de transports en commun.

De mai à juillet, l’heure du trek à Bali…

Cela vous surprendra peut-être, mais selon l’un des expatriés à qui j’ai parlé, Bali est moins cher que la Thaïlande.

La nourriture du cru vous coûtera environ deux dollars. Vous pouvez dormir à l’hôtel à partir de 10 dollars par nuit (et un appartement vous coûtera nettement moins cher si vous payez d’avance.)

En août, Berlin…

Berlin est, de loin, la moins chère des capitales européennes… et les occasions commerciales n’y manquent pas.

Un accès facile à l’Europe occidentale et orientale — et le coût réduit de la vie– en font la Mecque des petites start-ups.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait De novembre à décembre, arrêtez-vous à Shanghai, en Chine

Mais pensez à acheter votre logement longtemps à l’avance : ces mois sont populaires pour les réunions et les conventions, ce qui fait augmenter la demande de chambres d’hôtel.

Shanghai est un endroit très sûr. C’est aussi un endroit très varié, qui attire de nombreux nomades qui cherchent des pairs pour partager leurs idées… leurs plans… et obtenir de l’aide pour les réaliser.

Est-ce le meilleur moyen de gagner des millions ?

Peut-être bien, ou peut-être pas.

Mais vous ne le saurez jamais si vous n’essayez pas. Et si vous tentiez effectivement l’aventure, imaginez un peu les souvenirs que vous ramèneriez dans vos bagages.

Je vous mets au défi, si vous êtes entrepreneur, d’essayer ne serait-ce qu’un seul de ces pays.

Mettez-y un orteil. Faites-vous un petit réseau… et voyez un peu où en sont les choses.

Voyez ce que vous pourrez en retirer.

A propos de l'auteur

Isabelle Mouilleseaux

Isabelle Mouilleseaux travaille aux Publications Agora. Passionnée depuis toujours par les marchés financiers, elle investit notamment dans les mines et sur le marché options US et connaît bien le marché des matières premières, ayant longtemps rédigé l'Edito Matières Premières. Elle est aujourd’hui co-rédactrice en chef de Libre d’Agir.
Vous trouverez ses articles sur les sites Libre d’Agir, Agora Formation et La Quotidienne de la Croissance.

Laissez un commentaire