Bons plans

Low cost : comment déjouer les petites arnaques

Ecrit par Meriem Saïdi

Paris-Rome à 19,99 euros ou Paris-Athènes à 34,99 euros, des prix imbattables me direz-vous… en apparence. Mais, lorsque l’on vous appâte avec des prix très bas, vous devez redoubler de vigilance !

Sinon vous verrez que le mot « suppléments » prendra tout son sens !

Il vous fera tourner la tête au fur et à mesure de votre réservation de vol et finira par le coup de massue d’un prix tout aussi élevé que celui d’une compagnie classique…

Derrière un prix d’appel « imbattable », se cache une multitude de taxes d’aéroport, de frais de fonctionnement et de services non inclus. Il est donc important, avant de vous emballer, d’apprendre à déchiffrer le « vrai prix » du low cost.

Puce On vous promet la lune mais en aller simple
Pour attirer votre attention, la première astuce consiste à présenter le prix du seul aller simple, sachant que le retour peut être bien plus cher selon les dates. Les prix affichés ne sont que des hameçons, qui se révèlent être loin du véritable coût de votre escapade, alors pas de précipitation.

Puce Apprenez à voyager léger, sinon l’addition sera lourde
Pour l’aller simple d’un bagage de 15 kg, Ryanair vous facture 25 euros, Transavia 15 euros. Chez EasyJet, le premier tarif est à 37,74 euros pour 20 kg. Sur un prix d’appel à 19,99 chez Ryanair, le transport de la valise coûte donc plus cher que celui du passager !

Il faut apprendre à optimiser son bagage à main et à garder le gros manteau qui prendrait la moitié de la valise sur les épaules plutôt que dans un bagage surtaxé en soute. Vous me direz, c’est bien quand on part peu de temps, sans les enfants et au soleil, mais sinon, une seule solution : comparer systématiquement avec les compagnies régulières et les autres moyens de transport, si nécessaire.

Puce La danse des frais continue avec le choix des sièges…
EasyJet facture de 4,08 euros (siège standard) à 15,30 euros pour la première rangée. Compter de 5 à 10 euros sur Ryanair et de 7,50 à 15 euros sur Transavia. C’est une dépense que vous pouvez considérer comme inutile, vu la courte durée des vols, mais c’est une chose qu’il faudra garder en tête lors de votre réservation.

Puce Et voilà qu’on vous parle d’assurance !
A fuir ! Ce ne sont que des doublons d’assurances que vous payez déjà à titre personnel. EasyJet inclut automatiquement une assurance lors de l’achat d’un billet. Pensez à décocher les options dont vous n’avez pas besoin, sinon cela vous sera facturé.

Puce Et quand vous pensez en avoir fini avec les suppléments…
Vous découvrez que vous devez payer le paiement : Transavia et Vueling ajoutent 5 euros de frais de réservation. Vueling et Ryanair grappillent encore quelques euros pour l’utilisation d’une carte bancaire. La compagnie irlandaise, reine des « frais oppositionnels non compris », fait même payer le SMS d’envoi des détails de vol, soit 2,49 euros.

Puce Attention aux prix élevés des navettes pour rejoindre l’aéroport
Vous devez aussi prévoir souvent un coût de transport supplémentaire pour rallier les aéroports secondaires particulièrement éloignés des villes qu’exploitent les compagnies low cost (Beauvais par exemple). Le prix des navettes est à rajouter encore au prix « bas » du billet.

Vous l’aurez compris, la comparaison du prix final d’un billet low cost avec celui d’une compagnie régulière s’impose.

Puce Quelques réflexes à acquérir pour vraiment profiter du low cost 

  • Réserver les billets d’avion le plus longtemps possible avant le départ.
  • Etre flexible sur vos dates de voyage.
  • Voyager de préférence le mardi et le mercredi.
  • Partir pendant les heures creuses, soit entre 14h et 16h ou tard en soirée (vers minuit).
  • Eviter les bagages.
  • Ne pas hésiter pour les vols long-courriers à partir depuis d’autres capitales européennes (Londres, Bruxelles, etc.).
[Reprenez votre vie en main et découvrez le secret du bonheur. Nos spécialistes vous donnent toutes leurs solutions pour améliorer chaque aspect de votre vie dans un document exclusif ! Demandez votre exemplaire ici…]

 

A propos de l'auteur

Meriem Saïdi

Laissez un commentaire