Argent Economie

Mohamed, expert (méconnu) de la finance et chauffeur Uber

chauffeur
Ecrit par Simone Wapler

Il est d’usage dans la finance de se moquer des recommandations d’investissement d’un chauffeur de taxi. Mais un chauffeur Uber est différent.

Malgré l’amélioration notable des taxis sous la pression de la concurrence (les taxis commencent à daigner mettre vos bagages dans leurs coffres, à vous ouvrir la porte, délaissent les parfums d’intérieur boules vertes-oranges-rouges qui, associées à une conduite saccadée, vous mettaient le cœur au bord des lèvres et leurs voitures sont plus propres), je reste fidèle au challenger Uber qui a le premier bouleversé ce monopole.

Certaines relations de mon entourage me recommandent d’essayer chauffeur-prive.com, mais je n’ai pas encore sauté le pas. J’ai d’ailleurs remarqué que beaucoup de chauffeurs tournent avec les deux applications.

Mercredi 16 août, 20 h40, Paris, 74 boulevard Pasteur (pour ne pas dire gare Montparnasse, restée monopole des taxis), j’attends mon chauffeur Uber.

C’est Mohamed, service UberX, dans une Renault, m’annonce mon téléphone.

Mohamed arrive. Ses dreadlocks sont conformes à la photo, il sait que je m’appelle « Simone ». Tout va bien.

Obligeant, Mohamed charge ma lourde valise dont la pesanteur est due à l’inaptitude des éditeurs à comprendre que les livres légers sont plus agréables que les livres lourds.
Il charge aussi mon sac de golf. Le driver avec protège-club en imitation tête de sanglier ne le dégoûte pas,  bien que le sanglier soit la variante velue du porc.

20 :42

Mohamed :
« Tiens, c’est quoi votre handicap ?
Moi, sur mes gardes :
« Handicap, heu… 15, pourquoi, vous vous intéressez au golf ? »
« Pas le temps, mais j’aimerais… »

20 :44

Nous croisons un autre Uber, l’air las, qui demande à Mohamed : « Tu travailles bien ? »
Mohamed :
« T’as commencé à quelle heure ? 17h ? Faut pas se plaindre…
Moi, curieuse :
« Il y a des touristes en ce moment à Paris ? »
Mohamed :
« Oui. Pas de problème. Simplement les belles courses c’est le matin et le soir. Le touriste, il quitte son hôtel tôt le matin pour la gare, l’aéroport ou l’endroit lointain qu’il a choisi de visiter en premier et le soir il veut rentrer à son hôtel juste avant ou après le dîner. Milieu de journée que des petites courses minables. Mieux vaut éviter, pas perdre son temps à attendre. C’est simple, faut s’adapter… Et vous, vous faites quoi dans la vie ? »
« Hem, heu, j’écris… »
« Ha oui ? Des romans ? »
« Non, des trucs plutôt ennuyeux, sur la finance. »
« Wao ! Alors, les Chicago Boys, L’or des fous, Blythe Masters, vous en pensez quoi ? »

Oups, pointu, Mohamed. Les Chicago Boys, ce n’est pas un groupe de musique. Il s’agit d’un groupe d’économistes chiliens de l’université de Chicago, influencés par Milton Friedman. L’or des fous, écrit par Gillian Tett, une journaliste vedette de Financial Times, raconte l’histoire de Blythe Masters et de la création des produits dérivés CDS à l’origine de la crise financière de 2008. Un ouvrage de vulgarisation de référence.

Moi, précautionneuse :
« Tout ce crédit, c’est dangereux et ça ne fait rien de bon, ni en 2008, ni maintenant. »
Mohamed reprend :
« Quand j’avais le temps, je regardais BFMTV. Moi, je pense que la monnaie ça doit être adossé à quelque chose, sinon c’est rien. Avec toutes leurs conneries et leurs trucages, ils vont nous amener à la guerre civile. Maintenant, j’ai moins de temps pour BFMTV, les Éconoclastes et tout ça… »
Moi, prudente :
« Vous avez bien raison, la monnaie, ce doit être adossé à quelque chose pour ne pas être n’importe quoi. Et le cash, vous en pensez quoi ? »
Mohamed :
« Ha, le cash… C’est l’optimisation fiscale du pauvre. Quand on n’est pas une multinationale, on peut pas se payer les commissaires aux comptes, les experts juridiques, les fiscalistes, l’Irlande, les Bahamas et tout ça. C’est pas pour nous, les petits. Pour optimiser, il nous reste le cash.
C’est la liberté aussi. Mon père, il est au Crédit Lyonnais. Il a pris sa retraite en Algérie. De temps en temps, il me demande des virements. J’ai la procuration. La dernière fois, c’était 5 000 €. Au Crédit Lyonnais, ils m’ont dit qu’ils pouvaient pas faire le virement comme ça, qu’il fallait demander à la Tracfin. J’ai dit : quoi quand le pognon arrivait, vous demandiez rien du tout à la Tracfin. Il vous dérangeait pas l’argent qui rentrait. C’est SON argent, à mon père. Vous voulez pas lui virer SON argent, alors, donnez-moi du cash. 500, 200, 100, 50, 20, 10, je m’en fiche, je prends tout. Ils m’ont dit que le cash, ils pouvaient pas me le donner. Alors j’ai dit : quoi ! Pas de virement, pas de cash ! Voleurs, vous êtes que des voleurs, vous rendez pas l’argent ! Ils m’ont dit : calmez-vous ou on appelle la police. J’ai dit : je suis calme. Vous pouvez l’appeler la police, 17, « 1 » et « 7 », facile, je connais, vous voyez, je suis calme ; mais à la police, je leur expliquerai que les voleurs, c’est vous ! Alors, ils ont appelé le directeur. Finalement, je l’ai eu mon virement, Tracfin ou pas.
Le Bitcoin, je regrette. Quand il était à 400, ça me tentait. Maintenant, à plus de 4 000, pfffffff… »
Moi, curieuse :
« Mais le Bitcoin, c’est adossé à rien, non ? »
Mohamed :
« Ouah, non, vous rigolez ! Le Bitcoin, c’est adossé à tout le dark web. Toute une économie qui tourne sans rien demander à personne… C’est pas rien, ça ! »

Fichtre, Mohamed a raison ! Le rapport Queyranne remis à Arnaud Montebourg en 2013 avait démontré qu’en France, l’impôt sur les sociétés rapporte à l’État 36 Mds€ tandis que les aides aux entreprises (le rapport en recense 6 000 !) coûtaient aux contribuables 110 Mds€.
L’économie qui tourne « sans rien demander à personne », ce devrait être la norme.

21 :00

Fin de ma course. Mohamed extrait de son coffre le sac de golf à la tête de sanglier et ma lourde valise.
« Enfin, l’or aussi, hein, c’est bien… »
Moi :
« Je vous assure, ce ne sont pas des lingots, dans la valise. Que des bouquins. »
Mohamed :
« Bah, bof, pas de soucis… L’or, j’aime bien. Moi je prends tout, je vous dis. L’important c’est d’avoir le choix, d’être libre. Ils veulent supprimer les 500 €, en France, mais ailleurs, ça marche. »

Mohamed, si jamais vous lisez ces lignes et que vous nous contactez, je vous promets que vous aurez un abonnement gratuit à une de nos lettres ou services de votre choix !

Mohamed, vous m’avez fait découvrir concrètement l’idiosyncrasie et vous n’entrez pas dans les cases étroites des banquiers centraux !

[Retrouvez toutes les analyses garanties 100% sans langue de bois de Simone Wapler en cliquant ici…]

A propos de l'auteur

Simone Wapler

Rédactrice en Chef de L’Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler
Ingénieur de formation, Simone Wapler a quitté depuis plus de 13 ans le secteur de l’ingénierie aéronautique pour se concentrer sur les marchés boursiers. En 2001, elle entre aux Publications Agora — groupe de presse et d’édition spécialisé dans la recherche et les conseils financiers – dont elle prend la direction éditoriale en 2011. Son expertise sert aujourd’hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.
La force de Simone Wapler, c’est son indépendance. Attention, elle n’est pas pour autant isolée, elle reste connectée en permanence à un réseau de spécialistes iconoclastes unique au monde : Agora Inc. Mais Simone ne se contente pas comme beaucoup de collecter les informations officielles et de les relayer… Non, elle va au charbon — et utilise sa puissance d’analyse pour décrypter elle-même l’actualité, chiffres à l’appui, afin d’apporter une véritable plus-value d’information à ses lecteurs, sous une forme simple et sans jargon.
C’est simple, elle a été parmi les premiers à s’intéresser à l’or et à prédire sa hausse continue. Elle a mis en garde le grand public — bien avant la presse généraliste — de l’explosion de la bulle internet en 2000… des dérèglements financiers mondiaux de l’après 11 septembre 2001… de la bulle des junk bonds de 2001… de la bulle immobilière américaine en 2007… de la crise des dettes souveraines dès fin 2009…
Plus récemment encore, elle a averti ses lecteurs du risque pesant sur les obligations grecques, espagnoles ou portugaises – ou sur de nombreux placements autrefois sûrs, et désormais à fuir. Elle n’a pas attendu pour cela la dégradation des notes souveraines de ces Etats ou encore celle, en juin 2012, de grandes banques comme la Société Générale ou BNP Paribas.
Simone Wapler travaille tous les jours pour vous permettre d’avoir un temps d’avance sur les autres et vous aider à protéger votre capital contre les dangers qui le menacent.
Elle est également rédactrice en chef de L’Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler.

Laissez un commentaire