Santé

Un moyen efficace pour prévenir l’infection urinaire

Une salope
Ecrit par Cyrille Jubert

Je ne suis ni médecin, ni gynécologue et encore moins proctologue… Dieu m’en garde !

Le sujet froisse un peu mon âme de poète et ma plume romantique. Comment l’aborder sans heurter ma sensibilité, ni pénétrer trop avant dans votre intimité, Madame, si vous me permettez cette expression.

Honni soit qui mal y pense… Hum ! Je marche sur des oeufs !

Eh bien voilà, sans aller jusqu’à vous parler des abeilles, des fleurs et du pollen, … vous n’êtes plus une enfant, n’est-ce pas… parlons donc de la poule.

Le saviez-vous, le cloaque de la poule permet à la fois la sortie des oeufs, des urines, des fientes, tout en étant son organe génital. C’est le « tout en un ». Cette mécanique un peu simpliste marche pourtant parfaitement bien. Les poules devraient souffrir en permanence d’infections urinaires, mais non. C’est un miracle de la nature, certainement dû à l’acidité de leurs urines.

Après avoir introduit le sujet sur un ton bucolique, il va bien falloir que je cesse de tourner autour du pot.

Eh bien, justement, pas de pot, belle lectrice, si le Créateur a séparé chez vous les organes et les fonctions, le Grand Architecte a néanmoins placé la chambre des plaisirs tout contre les toilettes.

Puce Très mauvais plan, comme vous le savez déjà !

En effet, votre intestin est plein de bactéries. A l’instar des Rois Mages, Gaspard, Melchior et Balthazar, elles portent de jolis noms exotiques, « Proteus », « Klebsiella » et « Escherichia coli » et aiment, elles aussi, à voyager. Malheureusement pour vous, les présents qu’elles vous offrent n’apportent rien de bon.

Si on devait raconter la chose en dessin animé, imaginez une bande de terroristes qui vit dans les égouts. Profitant d’un de vos passages aux toilettes, une escouade part en patrouille en catimini. Elle va se disperser pour explorer le terrain. Une section se planque dans le tissu, l’autre profite des déclivités du terrain pour progresser incognito et se cache dans les buissons du Mont de Vénus.

« Chef ! Chef ! J’ai trouvé une grotte ! » Et cette bande de raclures d’investir la place.

Elles suivent les couloirs, découvrent des chambres secrètes et s’y installent à demeure. Si vous les laissez faire, ces bactéries clandestines feront venir femmes et enfants et vous mèneront la vie dure. Ils ne seront alors pas faciles à déloger.

Pour éviter cette invasion, je vous suggère de miner le terrain.

C’est facile, vous savez où se trouve la sortie de l’égout, le sentier que ces intrus vont utiliser et l’entrée de la grotte. Vous savez aussi qu’une escouade va aller explorer le tissu qui recouvre ce terrain. Les mines anti-personnel qui vont néantiser ces bactéries-terroristes, ce sont des particules d’argent de la taille d’un millionième de millimètre.

Si une bactérie la touche, elle est morte. Recta ! Pas de prisonnier !

Un coup de spray d’argent colloïdal, c’est comme si vous faisiez du carpet-bombing.

Des milliers d’infimes particules d’argent colloïdal vont tapisser la peau, nettoyer le terrain et éradiquer cette vermine qui voudrait vous pourrir la vie.

Financièrement, il n’y a pas photo. Mieux vaut prévenir que guérir. Le spray, que vous pouvez garder dans votre sac, contient de quoi faire environ 400 pulvérisations et vous pouvez le recharger. Un véritable arsenal de guerre bactériologique.

Pauvres petites bêtes, quand même !

Puce Soigner l’infection urinaire

Prévenir est une chose, soigner en est une autre

Si vous cherchez à soigner une infection urinaire qui vous pourrit la vie à intervalles réguliers, malgré tous les antibiotiques que votre praticien vous prescrit en vain depuis des années, il vous faudrait avoir dans votre placard à pharmacie un flacon d’argent colloïdal en 23ppm.

Les concentrations inférieures ne sont pas assez puissantes pour venir à bout de bactéries devenues résistantes aux antibiotiques, d’après tous les témoignages que nous avons pu recueillir, notamment par le biais des naturopathes.

Votre objectif étant de souffrir le moins longtemps possible, la sagesse serait d’avoir une bouteille en permanence pour pouvoir réagir aux premiers signes d’une attaque en prenant une dose sans attendre. Cette dose doit être conservée sous la langue pendant deux à trois minutes, pour que les colloïdes d’argent puissent passer le plus rapidement possible dans le sang. Dose que vous avalerez ensuite pour profiter pleinement de tous les bienfaits de l’argent colloïdal.

A priori, en recommençant l’opération deux heures plus tard, vous devriez venir à bout de cette attaque bactérienne.

Soignez-vous bien.

Pour en savoir plus sur les bienfaits de l’argent colloïdal : eau positive.

[Le bonheur ? C’est pour 2016 ! Vous êtes sur le point de découvrir un secret qui pourrait tout changer dans votre vie. Et ce secret, nous vous l’offrons. Oui, en cadeau! Profitez-en vite… Tout est expliqué ici !]

A propos de l'auteur

Cyrille Jubert

1 Commentaire

  • Bonjour,
    je me permet de vous écrire pour vous feliciter d’aborder un thème si particulier avec humour. Et je souscrit pleinement à votre intérêt pour l’argent colloidal. Néanmoins, je me permet de vous faire part de mon expérience concernant le dosage. Ce n’est pas tant la concentration en ppm qui compte, mais la taille des particules. Plus ces dernières ont une taille petite, plus la surface d’exposition et donc d’effet thérapeutique sera importante. J’ai eu d’excellent résultat avec une concentration en 15ppm de chez Nuvi Colloidal.
    Bien cordialement,
    B Guillemot

Laissez un commentaire