Economie

L’or à 2 800 dollars ?

Ecrit par Simone Wapler

La guerre contre le cash en Inde a propulsé les cours de l’or à 2 800 dollars l’once.

Ceci est la preuve que l’or reste une monnaie recherchée en cas de répression financière violente.

Ils sont fous, les Indiens ? Acheter de l’or 2 800 dollars l’once alors que toutes les cotations nous indiquent autour de 1 200 dollars l’once.

Non, ils ne sont pas fous : ils sont victimes de répression financière.

Comme vous le savez, leur gouvernement a autoritairement décidé de supprimer deux billets très utilisés dans le pays. Ceux de 500 roupies et 1 000 roupies. 97% de l’économie du pays tourne avec des espèces et 86% avec ces billets. Les petites entreprises ont été ébranlées, certaines ne pourront jamais s’en remettre. Les gens échangent leurs roupies contre des dollars. Les capitaux sortent du pays. Même l’économiste de Princeton, Kenneth Rogoff, pourtant grand avocat de la société sans cash, a émis des réserves sur les méthodes brutales du gouvernement Modi.

Vous n’avez pas encore signé notre pétition « Non à la société sans cash » ? Merci de soutenir nos libertés en signant ici.

Selon le site zerohedge.com, « l’or est monté à 2 800 dollars l’once, lorsqu’on pouvait en trouver ».

C’est le début de la saison des mariages en Inde, période durant laquelle on recycle son argent en or. L’Inde est déjà le premier acheteur d’or et le métal est resté populaire.

Si dans un pays où l’or est répandu, une panique monétaire fait monter les cours à plus du double du cours officiel, quel serait le résultat d’une telle expérience monétaire dans un pays où l’or est moins courant ?

Les gens se réfugieraient-ils aussi vers le bitcoin et les crypto-monnaies, comme en Chine lorsque le gouvernement dévalue sauvagement ? Dans ses notes, Nicolas Perrin se penche sur les avantages comparés du bitcoin et de l’or. L’usage du bitcoin dépend beaucoup des réseaux de télécommunications.

Bill Gates était en Inde lors de la désastreuse expérience monétaire du gouvernement Modi et a indiqué à The Economic Times à New Delhi : « le monde basculera dans le cashless et l’Inde adoptera rapidement une économie à paiement numérique ».

Le milliardaire fondateur de Microsoft est très impliqué dans la promotion du paiement numérique qui arrange bien ses affaires. Selon le quotidien indien financier Business Standard, Gates souhaite devenir un partenaire privilégié du gouvernement. « C’est une période très intéressante en Inde et certaines opportunités de ces plateformes digitales sont vraiment étonnantes », a indiqué Gates. Mais ses ambitions ne s’arrêtent pas là : « Nous devons travailler sur les questions de santé, les applications santé ».

Une puce sous la peau avec votre compte en banque et votre dossier médical, ça ne vous choque pas ?

Le contrôle de la monnaie et des paiements par les gouvernements ou les multinationales se fait au détriment de nos libertés fondamentales. La lutte contre la corruption n’est que le paravent qui masque la volonté de contrôler nos vies et de nous rendre dépendants.

Nous ne croyons pas à l’or en tant que spéculateurs. Qui aurait envie de subir une expérience comme celle des Indiens ? Nous croyons à l’or d’abord en tant que monnaie libre, indépendante des folies des gouvernements, des bureaucrates et même des technocrates.

Toutefois, nous pensons qu’au fur et à mesure que les gouvernements s’enfoncent dans la dette et l’insolvabilité, ces folies vont se multiplier et que la répression financière va s’intensifier. Donc nous spéculons sur le fait que de plus en plus de monde voudra se réfugier dans des monnaies non contrôlées par des gouvernements aux abois. Au-delà, bitcoin ou or, soyons libres de choisir.

[NDRL : Nous avons repéré une jeune minière aurifère qui possède une caractéristique unique. Si vous croyez en l’intensification de la répression financière et dans la future hausse de l’or pour cette raison, découvrez cette minière très spéciale en cliquant ici.]

A propos de l'auteur

Simone Wapler

Rédactrice en Chef de L'Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler
Ingénieur de formation, Simone Wapler a quitté depuis plus de 13 ans le secteur de l'ingénierie aéronautique pour se concentrer sur les marchés boursiers. En 2001, elle entre aux Publications Agora -- groupe de presse et d'édition spécialisé dans la recherche et les conseils financiers – dont elle prend la direction éditoriale en 2011. Son expertise sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.
La force de Simone Wapler, c'est son indépendance. Attention, elle n'est pas pour autant isolée, elle reste connectée en permanence à un réseau de spécialistes iconoclastes unique au monde : Agora Inc. Mais Simone ne se contente pas comme beaucoup de collecter les informations officielles et de les relayer... Non, elle va au charbon -- et utilise sa puissance d'analyse pour décrypter elle-même l'actualité, chiffres à l'appui, afin d'apporter une véritable plus-value d'information à ses lecteurs, sous une forme simple et sans jargon.
C'est simple, elle a été parmi les premiers à s'intéresser à l'or et à prédire sa hausse continue. Elle a mis en garde le grand public -- bien avant la presse généraliste -- de l'explosion de la bulle internet en 2000... des dérèglements financiers mondiaux de l'après 11 septembre 2001... de la bulle des junk bonds de 2001... de la bulle immobilière américaine en 2007... de la crise des dettes souveraines dès fin 2009...
Plus récemment encore, elle a averti ses lecteurs du risque pesant sur les obligations grecques, espagnoles ou portugaises – ou sur de nombreux placements autrefois sûrs, et désormais à fuir. Elle n'a pas attendu pour cela la dégradation des notes souveraines de ces Etats ou encore celle, en juin 2012, de grandes banques comme la Société Générale ou BNP Paribas.
Simone Wapler travaille tous les jours pour vous permettre d'avoir un temps d'avance sur les autres et vous aider à protéger votre capital contre les dangers qui le menacent.
Elle est également rédactrice en chef de L'Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler.

Laissez un commentaire