Santé

Quitter la Sécu, est-ce vraiment possible ?

Une salope
Ecrit par Simone Wapler

Laurent C. vient de publier Je quitte la Sécu. C’est le témoignage d’un entrepreneur qui a quitté le régime « obligatoire » de la RSI, l’équivalent de l’Assurance maladie des salariés.

Pourquoi l’a-t-il fait ?

Parce que la Sécu est la plus coûteuse des assurances maladies. Fixons les idées. La France représente 1% de la population mondiale, produit 4% du PIB mondial mais pèse 15% des dépenses mondiales de santé.

Pourtant, notre patrimoine génétique ne nous prédispose pas à être plus malades que d’autres et notre hygiène de vie est bonne. Le surcoût de la santé en France (+30% par rapport aux pays de l’OCDE) n’est pas dû à une surperformance de notre système de soins, mais à une mauvaise gestion provenant d’une situation de monopole.

La France dans le monde

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Mieux et moins cher ailleurs ?

Quitter la Sécu et s’affilier ailleurs au travers d’assureurs obéissant à des règles de concurrences permet de regagner du pouvoir d’achat puisque vous êtes assuré pour moins cher. Pour les mêmes garanties, l’économie est substantielle et de surcroît vous ne serez plus soumis à la CSG — CRDS qui sont comme leurs noms l’indiquent des cotisations sociales.

Combien d’économie ? La réponse est ici…

Mais quitter la Sécu est une lutte car la Sécurité sociale est un monopole que les pouvoirs publics ne veulent pas lâcher. La première partie de ce livre retrace donc avec beaucoup d’humour le combat victorieux d’un individu contre l’administration, « la maison qui rend fou » d’Astérix. Laurent C. vous dévoile pas à pas sa démarche. La première partie de ce livre doit donc être considérée comme un guide pratique utilisable par tout travailleur indépendant souhaitant se libérer de la Sécu.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Non, vous ne vous « désolidarisez » pas

La deuxième partie, qui représente l’autre moitié de l’ouvrage, revient sur l’origine de la Sécu, son financement, la justification juridique de la fin du monopole de la Sécurité sociale inscrite dans la loi, le fonctionnement des assurances privées. Car évacuons une idée reçue et propagée par la Sécu monopolistique : l’assurance maladie est bien — comme son nom l’indique — une assurance. Or la prise en charge des soins de ceux qui ne peuvent payer cette assurance — la CMU ou couverture maladie universelle — se fait au travers de l’impôt. Quitter la Sécu, c’est se désolidariser de la gabegie mais ce n’est pas se désolidariser de ceux qui sont dans le dénuement.

Libre d'agir - Parce qu'on est ce que l'on fait Pourquoi lire ce livre

Aujourd’hui, quitter la Sécu est une voie ouverte par des pionniers qui relèvent du régime des indépendants. En tant que salarié d’une entreprise, vous exposez votre entreprise à une riposte administrative violente et potentiellement paralysante. Mais la brèche dans la muraille protectionniste est ouverte et le temps est désormais compté. Avec ce livre vous comprendrez comment fonctionne réellement la Sécu et les dessous des enjeux politiques et financiers qui, en soutenant ce monopole illégal, contribuent à nous dépouiller des fruits de notre travail et à nous appauvrir.

Avertissement

Cet article ne vous incite pas à refuser de vous conformer aux prescriptions de la législation de la Sécurité sociale, notamment l’affiliation à un organisme de sécurité sociale ou le paiement des cotisations et contributions dues.

Cet article confirme que vous devez être affilié à un organisme de sécurité sociale, assurant la maladie et la retraite dans le respect des directives européennes et de leur transposition dans le droit français.

A propos de l'auteur

Simone Wapler

Rédactrice en Chef de L'Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler
Ingénieur de formation, Simone Wapler a quitté depuis plus de 13 ans le secteur de l'ingénierie aéronautique pour se concentrer sur les marchés boursiers. En 2001, elle entre aux Publications Agora -- groupe de presse et d'édition spécialisé dans la recherche et les conseils financiers – dont elle prend la direction éditoriale en 2011. Son expertise sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.
La force de Simone Wapler, c'est son indépendance. Attention, elle n'est pas pour autant isolée, elle reste connectée en permanence à un réseau de spécialistes iconoclastes unique au monde : Agora Inc. Mais Simone ne se contente pas comme beaucoup de collecter les informations officielles et de les relayer... Non, elle va au charbon -- et utilise sa puissance d'analyse pour décrypter elle-même l'actualité, chiffres à l'appui, afin d'apporter une véritable plus-value d'information à ses lecteurs, sous une forme simple et sans jargon.
C'est simple, elle a été parmi les premiers à s'intéresser à l'or et à prédire sa hausse continue. Elle a mis en garde le grand public -- bien avant la presse généraliste -- de l'explosion de la bulle internet en 2000... des dérèglements financiers mondiaux de l'après 11 septembre 2001... de la bulle des junk bonds de 2001... de la bulle immobilière américaine en 2007... de la crise des dettes souveraines dès fin 2009...
Plus récemment encore, elle a averti ses lecteurs du risque pesant sur les obligations grecques, espagnoles ou portugaises – ou sur de nombreux placements autrefois sûrs, et désormais à fuir. Elle n'a pas attendu pour cela la dégradation des notes souveraines de ces Etats ou encore celle, en juin 2012, de grandes banques comme la Société Générale ou BNP Paribas.
Simone Wapler travaille tous les jours pour vous permettre d'avoir un temps d'avance sur les autres et vous aider à protéger votre capital contre les dangers qui le menacent.
Elle est également rédactrice en chef de L'Investisseur Or et Matières et de La Stratégie de Simone Wapler.

Laissez un commentaire