Economie

Trump élu et puis quoi ?

Ecrit par Claire Diaz

C’est le choc ce matin.

Donald Trump a été élu cette nuit 45e président des Etats-Unis d’Amérique.

Voilà. Le choc. TOUS les sondages donnaient Hillary Clinton gagnante.

Les médias raillaient le dernier meeting un peu low cost du candidat républicain face à la débauche de moyens (et de superstars) de la candidate démocrate.

Pourtant, malgré une campagne jalonnée de scandales sur l’immigration, l’économie, la sécurité, la politique étrangère, le terrorisme, l’écologie, l’avortement, Donald Trump vient juste d’être élu.

Et nous nous réveillons ce matin avec une gueule de bois… sans même avoir bu une goutte d’alcool. Ce qui me frappe le plus, c’est une phrase entendue plusieurs fois ce matin…

« M’enfin, on s’en fiche, ça ne changera rien pour nous… »

Vraiment ?

Alors ce matin, et juste pour information, j’aimerais que l’on regarde de plus près ce que contenait le programme de Trump… cela vous donnera quelques idées pour répondre aux gens qui vous assèneront cette petite phrase.

Puce Demandez le programme
Immigration : c’est très simple, M. Trump souhaite la construction d’un mur de 1 600 kilomètres de long à la frontière mexicaine. Qu’il fera financer par le Mexique. Il souhaite également expulser près de « 2 millions de criminels » dès son arrivée dans le bureau ovale, et d' »annuler les visas de pays étrangers qui ne les reprendront pas ».

Dès son premier jour à la Maison-Blanche, il souhaite également l’expulsion des 11 millions d’immigrants clandestins, et la fin du programme d’accueil des réfugiés syriens.

Autres mesures concernant l’immigration :

  • revenir sur le droit du sol ;
  • tripler le nombre d’agents de l’immigration ;
  • imposer une peine de prison fédérale de deux ans minimum à tous les immigrants clandestins expulsés qui reviendraient aux Etats-Unis.

Economie : au menu du candidat, isolationnisme et baisse d’impôts. Il souhaite renégocier le traité de libre-échange nord-américain (Nafta) et le retrait des Etats-Unis du partenariat transpacifique (TPP). La Chine étant le coupable de tous les maux économiques du pays,

Donald Trump souhaite également imposer des droits compensatoires sur les produits made in China. Il veut miser sur le made in USA avec des barrières tarifaires sur les produits chinois et en surtaxant les entreprises américaines qui délocalisent vers le Mexique.

Il promet de créer 25 millions d’emplois sur 10 ans, en baissant de façon substantielle les impôts de la classe moyenne et des entreprises. Objectif d’une croissance de 4% par an. Il promet aussi 1 000 milliards de dollars d’investissements dans les infrastructures dans les 10 ans, grâce à des partenariats public-privé et des investissements privés favorisés par des abattements fiscaux.

Le problème ? Aucune indication sur le mode de financement de toutes ces promesses.

Beaucoup d’experts restent perplexes… d’autant que d’un meeting à l’autre, le candidatTrump a souvent varié les promesses, n’hésitant pas à se contredire lui-même…

Comme l’analyse l’économiste Michel Santi au Figaro.fr « Donald Trump veut intensifier le protectionnisme et augmenter les dépenses publiques. A court terme, cela devrait être bénéfique à l’économie américaine. C’est un climat favorable aux affaires. La seule ombre de taille, c’est que Trump va inévitablement creuser les inégalités sociales. Le protectionnisme souhaité par Trump va porter ses fruits… C’est l’UE qui va en subir les conséquences. »

Ecologie : quid du réchauffement climatique ?

Quatre (petites) promesses de M. Trump :

  • annulation de l’accord de Paris sur le climat ;
  • suppression de l’Agence de protection de l’environnement ;
  • suppression des restrictions à la production d’énergies fossiles (y compris pour le charbon !) et relance du projet d’oléoduc Keystone XL ;
  • annulation des milliards de dollars de paiements prévus aux Nations unies pour les programmes de lutte contre le changement climatique

Sécurité : le candidat Trump prône… la torture !

Oui, vous avez bien lu.

Trois propositions phares du nouveau président :

  • autorisation de la torture ;
  • possibilité de tuer les familles des terroristes, pour dissuader les candidats potentiels au djihad ;
  • suspension de l’immigration des « régions enclines au terrorisme » avec en prime des « contrôles extrêmes aux frontières » ;
  • augmentation importante du budget de la défense ;
  • fermer des « secteurs » d’Internet pour lutter contre le recrutement et la radicalisation en ligne. Comment ? Aucune précision sur le sujet.

Cependant, M. Trump est également opposé à toutes mesures pour empêcher une personne d’acquérir une arme. Mieux, il s’oppose à la vérification d’antécédents pour les acquéreurs d’armes à feu…

Politique étrangère : Trump et Poutine, une histoire d’amour…

En vrac : M. Trump veut demander aux alliés de son pays au sein de l’Otan de payer pour profiter de la sécurité offerte par la présence des Etats-Unis… S’ils refusent, il menace de faire sortir les Etats-Unis de l’organisation.

Autre volonté du candidat : « Ma priorité numéro un est de démanteler l’accord catastrophique avec l’Iran », avait déclaré Donald Trump devant la convention annuelle de l’Aipac, le groupe de pression juif américain favorable à Israël en mars dernier.

Enfin, il prévoit d’anéantir Daesh… en 30 jours avec l’aide de la Russie. Pas plus de précisions sur la méthode ou les moyens mis en oeuvre…

« Immédiatement après avoir pris mes fonctions, je demanderai à mes généraux de me présenter un plan sous 30 jours pour vaincre et détruire l’EI » a-t-il déclaré… prônant une « guerre classique, mais aussi une guerre sur Internet, une guerre financière et une guerre idéologique ».

… alors toujours aucune conséquence pour nous ?

[NDLR : Et la France dans tout ça ? L’analyse de Simone Wapler ici…]

A propos de l'auteur

Claire Diaz

2 Commentaires

  • Un programme traduit à la française qui peut plaire à beaucoup en France et qui en version originale concerne peut le français lambda qui considère que les américains ont le droit d’élire qui ils veulent!

    « fermer des « secteurs » d’Internet pour lutter contre le recrutement et la radicalisation en ligne. Comment ? Aucune précision sur le sujet. »
    L’EI a-t-il un satellite, des FAI… pour ses communications internet?
    http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2015/12/08/les-origines-troubles-des-acces-a-internet-de-l-organisation-etat-islamique_4827358_3218.html

  • Bonjour Madame,
    Je comprends votre déception si vous eussiez préféré l’élection de madame Clinton. Mais justement, le programme de cette dernière aurait-il été sans conséquence pour nous ? Son soutien inconséquent aux groupes terroristes, une politique étrangère belliciste …
    Peut-être que l’application des mesures prônées par Donald Trump mènera à la crise ; mais entant qu’entrepreneur, il a appris à adapter sa stratégie aux aléas du terrain. Je ne suis pas sûr qu’Hillary Clinton, plus idéologue, en soit capable.
    Le programme de Trump pose plus de question qu’il n’apporte de réponses ; mais l’incertitude n’est-elle pas la sœur de la liberté d’agir ?
    Bien à vous.

Laissez un commentaire